Articles

Affichage des articles du avril, 2016

Armel GUERNE 1911~1980

Mentir la vie

Il neige de la mort sur les routes du monde
Il pleut sur l'eau des océans comme une pâte
Et le vent de la nuit sans le levain du deuil
Passe à travers avec indifférence
Et n'aérant nulle tristesse de son poids.
Les malheureux, déchirés du commencement
Qu'ils n'ont jamais connu, n'ont pas de fin non plus !

Armel GUERNE
Le poids vivant de la parole, (c) Solaire

Réflexion... Hermann Hesse

Je sens brûler en moi un désir sauvage d'éprouver des sentiments intenses, des sensations ; une rage contre cette existence en demi-teinte, plate, uniforme et stérile ; une envie furieuse de détruire quelque chose, un grand magasin, par exemple, une cathédrale, ou moi-même ; une envie de commettre des actes absurdes et téméraires, d'arracher leur perruque à quelques idoles vénérées, de munir deux ou trois écoliers rebelles du billet tellement désiré qui leur permettrait de partir pour Hambourg, de séduire une petite jeune fille ou de tordre le cou à quelques représentants de l'ordre bourgeois. Car rien ne m'inspire un sentiment plus vif de haine, d'horreur et d'exécration que ce contentement, cette bonne santé, ce bien-être, cet optimisme irréprochable du bourgeois, cette volonté de faire prospérer généreusement le médiocre, le normal, le passableHERMANN HESSE in LE LOUP DES STEPPES

La cloche fêlée Baudelaire

LA CLOCHE FÊLÉEII est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,
D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s'élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente !Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits,
II arrive souvent que sa voix affaiblieSemble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts
Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal

Méditations ~ Gabrielle Burel

Image

Attention ... Arbres

Image
Attention aux chutes ...


Brèves de transports II

Extases
Taillé dans une allumette et aussi indéboulonnable qu'un menhir, il protège son espace vital dans le bus bondé. Quand il descend, trois personnes prennent sa place
"Pardon ! Pardon !" Une petite voix essaie de se frayer un chemin au travers des passagers agglutinés dans le couloir, mais les portes se referment comme elle y arrive. Elle fera une station de plus, reviendra à pied, son retard sera noté. Le bus, n'étant plus au service des usagers, ne vomit pas toujours sa proie dans les délais.
Elle s'est calée d'une épaule contre la barre verticale pour continuer à partager des SMS. A chaque chaos ou coup de frein, elle s'appuie à un bras qui tient la barre dans son dos, puis manque de chuter quand le bras se dérobe. Elle se retourne, étonnée d’avoir perdu ce soutien inconscient.
Tandis qu’une dame lit, trois passagers l’entourent et parlent à la cantonade dans leur téléphone. Un étonnant pouvoir d'abstraction des lieux permet de lire ou parle…

L'adieu Apollinaire

L’ADIEU
J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attendsGuillaume Apollinaire

Attention ... Dodo

Image

Voyage Ana Blandiana

 Voyage

Je voyage en moi-même
Comme dans une ville étrangère
Où je ne connais personne.
Le soir j’ai peur dans la rue
Et les après-midi de pluie
J’ai froid et m’ennuie.
Pas une envie de voyager,
Quand même la traversée du chemin
Est toute une aventure,
Pas un souvenir d’autres vies
Face à la question
« Pourquoi ai-je été amenée ici ? »

 Ana Blandiana

La musique Baudelaire

La musiqueLa musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J’escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;Je sens vibrer en moi toutes les passions
D’un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsionsSur l’immense gouffre
Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !Charles Baudelaire, Les fleurs du mal

Tristesse en mer Théophile Gautier

Oh ! je me sens l'âme navrée ;
L'Océan gonfle, en soupirant,
Sa poitrine désespérée,
Comme un ami qui me comprend.

À marquer d'une pierre blanche

Image
Adulte

Lêdo Ivo 1924 - 2012

Le cœur de la liberté

J'étais, je suis et je serai
dans le cœur de la réalité,
près de la femme qui dort,
avec l'homme qui meurt,
à côté de l'enfant qui pleure.

Attention ... Préjugés

Image
:)

"La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule."

Œuvres complètes / Jean-Jacques Rousseau

Louis CHADOURNE 1890~1925

LOUIS CHADOURNE (1890~1925) Demerara Demerara ! Demerara ! un ciel d’orage
              Bistre et goudron,
Des nuages livides, alignés, bien sages
Pareils à des ballots de coton.

Quelques palmiers agriffent l’émail
Des toits de zinc chauffés à blanc.
On toucherait le ciel avec sa main.
Un soleil mou crève dans son pansement.

Une ligne noire partage le monde
Vert pâle et jaune et sans une ombre.
Des docks accroupis lèchent un flot gras
Irisé d’arcs-en-ciel d’essences.
C’est là que viennent s’étirer les pirogues
Des silencieux qui cherchent les placers.

Que ferais-je - Beckett

"que ferais-je sans ce monde sans visage
sans questions
où être ne dure qu'un instant où chaque instant
verse dans le vide dans l'oubli d'avoir été
sans cette onde où à la fin
corps et ombre ensemble s'engloutissent
que ferais-je sans ce silence gouffre des murmures
haletant furieux vers le secours vers l'amour
sans ce ciel qui s'élève
sur la poussière de ses lests
que ferais-je je ferais comme hier comme aujourd'hui
regardant par mon hublot si je ne suis pas seul
à errer et à virer loin de toute vie
dans un espace pantin
sans voix parmi les voix
enfermées avec moi"

Heureux qui comme Ulysse - du Bellay

Heureux qui, comme
Ulysse, a fait un beau

voyage,

Ou comme cestui-là qui conquit la
Toison,

Et puis s'en est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrais-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux ;
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon
Loire gaulois que le
Tibre latin,
Plus mon petit
Lire que le
Mont-Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.

Joachim du Bellay


Réflexion ... VICTOR HUGO

Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout.

Victor Hugo

Le Fabuliste improvisé - Jean Anouilh

Le fabuliste improvisé - Fable
Fable / Poémes d'Jean Anouilh

Comme il est affable,

Depuis qu'il écrit des fables!

Se dit ma famille in petto.

Attention ... Rêves

Image
Suivez vos rêves

Le Mystère des Saints Innocents - Peguy

El j'ai vu perler des larmes d'amour
Qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel.



Lamento à la fenêtre - Artaud

Antonin Artaud – Lamento à la fenêtreVois, toute douce, toute belle, toute pâle
Le jour qui vient mourir sur les mystères blancs ;
Il nous paraît humain ce jour agonisant,
Tristement effeuillant ses bagues dans la salle.Nous nous sentons heureux de savoir que les choses
Boivent ainsi que nous ce lambeau de clarté
Et s’enfuient avec nous vers les nuages roses….
L’heure sonne son glas vers les vitraux muets.Dans la douceur du soir se lamentent les branches,
Parfois dans les chemins agonise un oiseau
Et voici que le ciel prend une couleur d’eau….
Ma soeur c’est notre amour qui neige dans les branches.

Adieu mystères... Maupassant

Adieu, mystères, vieux mystères du vieux temps, vieilles croyances de nos pères, vieilles légendes enfantines, vieux décors du vieux monde !

Nous passons tranquilles maintenant, avec un sourire d’orgueil, devant l’antique foudre des dieux, la foudre de Jupiter et de Jéhova emprisonnée en des bouteilles !

Oui ! vive la science, vive le génie humain ! gloire au travail de cette petite bête pensante qui lève un à un les voiles de la création !

Le grand ciel étoilé ne nous étonne plus. Nous savons les phases de la vie des astres, les figures de leurs mouvements, le temps qu’ils mettent à nous jeter leur lumière.

La nuit ne nous épouvante plus, elle n’a point de fantômes ni d’esprits pour nous. Tout ce qu’on appelait phénomène est expliqué par une loi naturelle. Je ne crois plus aux grossières histoires de nos pères. J’appelle hystériques les miraculées. Je raisonne, j’approfondis, je me sens délivré des superstitions.

Eh bien, malgré moi, malgré mon vouloir et la joie de cette émancipation, to…

Hygiène - Baudelaire

I. FUSEES. HYGIENE. PROJETS Plus on veut, mieux on veut.
Plus on travaille, mieux on travaille et plus on veut travailler. Plus on produit, plus on devient fécond.
Après une débauche, on se sent toujours plus seul, plus abandonné.
Au moral comme au physique, j'ai toujours eu la sensation du gouffre, non seulement du gouffre du sommeil, mais du gouffre de l'action, du rêve, du souvenir, du désir, du regret, du remords, du beau, du nombre, etc.
(...)
II. HYGIENE. CONDUITE. MORALE A chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar, - pour l'oublier : le Plaisir et le Travail. Le Plaisir nous use. Le Travail nous fortifie. Choisissons.
Plus nous nous servons d'un de ces moyens, plus l'autre nous inspire de répugnance.

On ne peut oublier le temps qu'en s'en servant.
Tout ne se fait que peu à peu.
 (...)

Baudelaire in Hygiène

Samuel Beckett

Image
Né le 13/04/1906

que ferais-je sans ce monde sans visage
sans questions
où être ne dure qu'un instant où chaque instant
verse dans le vide dans l'oubli d'avoir été
sans cette onde où à la fin
corps et ombre ensemble s'engloutissent
que ferais-je sans ce silence gouffre des murmures
haletant furieux vers le secours vers l'amour
sans ce ciel qui s'élève
sur la poussière de ses lests
que ferais-je je ferais comme hier comme aujourd'hui
regardant par mon hublot si je ne suis pas seul
à errer et à virer loin de toute vie
dans un espace pantin
sans voix parmi les voix
enfermées avec moi


Samuel Beckett
extrait de "Poèmes, suivi de
Mirlitonnades", Minuitéd.

Éphémère ~ Gabrielle Burel

http://www.falbalapat.com/pages/gabrielle-burel-31.html

Éphémère

À l'aube
Tu es né
Au crépuscule
Périras
Et entre les deux
Il ne se sera
Rien
Passé

Toute la vie
Ramassée dans ton poing
Déposé
Sur ton cœur

Fermé

Gabrielle BUREL
12/04/16

Brèves de transports I

Bleu lagon

 Une dame bien mise raconte son voyage sur je ne sais quelle île lointaine (on en fait le tour en deux heures) et pour en expliquer la beauté, compare l'eau à ...  " Vous savez, ce produit bleu qu'on met dans la cuvette des wc " ...

Amis de la poésie, bonjour :) Gabrielle
Autres Brèves :

L'Homme qui plantait des arbres - Giono

L’Homme qui plantait des arbres - Jean Giono 1953
Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d’une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d’erreurs, devant un caractère inoubliable.

Sonnet boiteux Verlaine

Sonnet boiteux
Ah ! vraiment c'est triste, ah ! vraiment ça finit trop mal,
Il n'est pas permis d'être à ce point infortuné.
Ah ! vraiment c'est trop la mort du naïf animal
Qui voit tout son sang couler sous son regard fané.

Londres fume et crie. O quelle ville de la Bible !
Le gaz flambe et nage et les enseignes sont vermeilles.
Et les maisons dans leur ratatinement terrible
Epouvantent comme un sénat de petites vieilles.

Tout l'affreux passé saute, piaule, miaule et glapit
Dans le brouillard rose et jaune et sale des Sohos
Avec des "indeeds" et des "all rights" et des "haôs".

Non vraiment c'est trop un martyre sans espérance,
Non vraiment cela finit trop mal, vraiment c'est triste
O le feu du ciel sur cette ville de la Bible !
Paul Verlaine in Jadis et naguère


https://fr.wikisource.org/wiki/Jadis_et_nagu%C3%A8re_%281884%29

Roland Nadaus

L'Invention du Poème
Car le Poème s'invente mais ça n'est pas une invention : le Poème est une découverte qui existait déjà - on l'invente comme on « invente » un trésor.Ainsi on invente des fleurs des fleuves des monts des insectes des îles - et qui sait : des mots ? - qui étaient déjà et bien avant nous - mais ils n'avaient pas d'existence avant qu'un homme les nomme.Comme on s'invente l'Amour on invente le Poème qui l'accompagne qui l'accomplit le dit le chante jusqu'à l'épuisement jusqu'à la nuit de la nuit : c'était déjà comme ça quand nous étions préhistoriques et qu'on osait enterrer nos morts.Mais maintenant ça change tout change : les poèmes coûtent trop cher en main d'œuvre - à part ceux de la Veuve Poignet et de ses clients.
« Au Lupanar Médiatique ».

Extraits de "Les Grandes Inventions de la préhistoire". http://baglinmichel.over-blog.com/article-30137621.html

Jean-Pierre Lesieur par Roland Nadaus

Image
Des jours de lecture et de découverte pour 10+12€ !

Réflexion... Victor Hugo

Je travaille

"Amis, je me remets à travailler ; j'ai pris
Du papier sur ma table, une plume, et j'écris ;
J'écris des vers, j'écris de la prose ; je songe.
Je fais ce que je puis pour m'ôter du mensonge,
Du mal, de l'égoïsme et de l'erreur ; j'entends
Bruire en moi le gouffre obscur des mots flottants ;
Je travaille.

Bucoliques... Jules Renard

"Non, ne triche pas.

Travailler, pour un écrivain, ce n’est ni lire, ni copier des notes, ni observer, ni rêvasser, ni compter ses anciennes dépenses d’énergie.

Et d’abord, tu rejettes loin de toi les livres des autres. Puis tu t’assieds devant une table où tu n’as que de l’encre et du papier. Il est nécessaire que ta poitrine touche la table, sinon, tu mettrais les mains dans tes poches, et tu fixerais le plafond. Approche-toi, saisis ferme ta plume et prends de l’encre. Et que tes yeux n’aillent point errer sur le mur ou se promener par la fenêtre. Mais penche la tête et tourne ton œil en dedans. Et si ta plume sèche, reprends de l’encre, afin d’être prêt. Et laisse ta montre tranquille. Comme un mendiant, sûr d’avoir sonné et que la maison est habitée, s’enracine à sa porte, toi, reste immobile. Ton esprit fait le mort, lasse-le par de patientes provocations. Il cédera. Bientôt la première idée bouge. Elle arrive.

— Et si ça ne vient pas ?

— Ça vient toujours."

Jules Rena…

Réflexion... Baudelaire

Pourquoi le spectacle de la mer est-il si infiniment et si éternellement agréable ?

Parce que la mer offre à la fois l'idée de l'immensité et du mouvement. Six ou sept lieues représentent pour l'homme le rayon de l'infini. Voilà un infini diminutif. Qu'importe, s'il suffit à suggérer l'idée de l'infini total ? Douze ou quatorze lieues de liquide en mouvement suffisent pour donner la plus haute idée de beauté qui soit offerte à l'homme sur son habitacle transitoire.

Baudelaire in Mon coeur mis à nu

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Mon_c%C5%93ur_mis_%C3%A0_nu

André SPIRE 1868 1966

Ah ! j’aimerais aimer, dans ce froid enivrant,
Un beau corps, exalté d’espace et de vitesse,
Avec des cheveux pleins de vent ;
Un beau corps, qui s’agenouille devant lui-même,
Et qui soit fier, et qui soit arrogant, et qui soit dur.

Ah ! j’aimerais aimer une femme entrainée,
Dont les solides pieds sachent dire aux montagues
Je suis chez moi, chez vous.
Une femme, qui soit autre chose qu’un sexe
Que le maître garde au logis pour la caresse.
Une femme qui choisisse et son jour et son heure,
Et qu’il faille poursuivre, et de haute lutte
Prendre.
Et qui soit mon égale, enfin !

ANDRE SPIRE 1868 1966 in Vers les routes absurdes, 1911

Attention... Liberté

Image
Protégez la liberté de penser 

Claude ESTEBAN 1935 2006

La poésie n'a pas d'autre lieu d'existence que cet Ici et Maintenant d'un peu de terre compromise, mais sous le « bleu adorable » d'un Ailleurs et d'un Toujours.
(Claude Esteban)

Réflexion ... Harmonie

Image

Un jour un peintre ... Gérard Fromanger

Image
né le 06/09/1939

Attention... Passage

Image

Analectes de poésie mondiale

Image

Réflexion... Akif Pirinçci

Image
"(...) il découvrit enfin la pratique du surf sur Internet - la chose la plus superflue jamais inventée par l'homme,  selon moi, bien qu'elle soit considérée comme l'absolu de la communication, sinon le nec plus ultra de la connaissance tout court. Données et messages aussi essentiels que vœux d'anniversaire y transitent tant et tant autour du globe, courant d'e-mail en e-mail, qu'à la fin, devant sa console, le cybernigaud a complètement oublié le motif initial de ses recherches " p 17

Marguerite Duras

Née le 04/04/1914

Attention... Train

Image

Emile Zola

Image
Emile ZOLA est né le 2 avril 1840 à Paris. « Alors, Nana devint une femme chic, rentière de la bêtise et de l'ordure des mâles, marquise des hauts trottoirs. »
In Nana. 1880