Réflexion... Baudelaire



Pourquoi le spectacle de la mer est-il si infiniment et si éternellement agréable ?

Parce que la mer offre à la fois l'idée de l'immensité et du mouvement. Six ou sept lieues représentent pour l'homme le rayon de l'infini. Voilà un infini diminutif. Qu'importe, s'il suffit à suggérer l'idée de l'infini total ? Douze ou quatorze lieues de liquide en mouvement suffisent pour donner la plus haute idée de beauté qui soit offerte à l'homme sur son habitacle transitoire.

Baudelaire in Mon coeur mis à nu

Vu les sept derniers jours

JORGE LUIS BORGES

Conrad Aiken - La Musique que j'entendais avec toi

CARLO BORDINI- Poème inutile

HENRY BAUCHAU - LE SEL

Réflexion.. OSSIP MANDELSTAM

ALEJANDRA PIZARNIK

RENE CHAR - Allégeance

Poésie ininterrompue - Eluard

Gérard de Nerval - Fantaisie

Boris Pasternak Poésie