Articles

Affichage des articles du décembre, 2017

Précis pour le toast du nouvel an

Précis pour le toast du jour de l’an.
Je bois à celui qui est de service, en train, à l’hôpital,
cuisine, hôtel, radio, fonderie,
en mer, dans un avion, sur l’autoroute,
à qui franchit cette nuit sans un salut,
je bois à la prochaine lune, à la fille enceinte,
à qui fait une promesse, à qui l’a tenue,
à qui a payé l’addition, à qui est en train de la payer,
à qui n’est invité nulle part,
à l’étranger qui apprend l’italien,
à qui étudie la musique, à qui sait danser le tango,
à qui s’est levé pour céder sa place,
à qui ne peut se lever, à qui rougit,
à qui lit Dickens, à qui pleure au cinéma,
à qui protège les bois, à qui éteint un incendie,
à qui a tout perdu et recommence,
à l’abstème qui fait un effort de partage,
à qui n’est personne pour celle qu’il aime,
à qui subit des moqueries et qui par réaction sera héros un jour,
à qui oublie l’offense, à qui sourit sur une photo,
à qui va à pied, à qui sait aller pieds nus,
à qui redonne une part de ce qu’il a eu,
à qui ne comprend pas les…

Le marchand d'almanachs

Le Marchand. — Almanachs, almanachs nouveaux ! Calendriers nouveaux ! Vous voulez des almanachs, monsieur ? Le Passant. — Des almanachs pour l’année nouvelle ? Le M. — Oui, monsieur. Le P. — Croyez-vous qu’elle sera heureuse, cette nouvelle année ? Le M. — Oh ! oui, monsieur, certainement. Le P. — Comme celle qui va finir ? Le M. — Oh ! beaucoup, beaucoup plus. Le P. — Comme celle d’avant ? Le M. — Beaucoup, beaucoup plus. Le P. — Comme quelle autre, alors ? Ne vous plairait-il pas que l’année nouvelle fût pareille à quelqu’une de ces dernières années ? Le M. — Non, monsieur, non cela ne me plairait guère. Le P. — Depuis combien de temps vendez-vous des almanachs ? Le M. — Depuis vingt ans, monsieur. Le P. — A laquelle de ces vingt années voudriez-vous que ressemblât l’année qui vient ? Le M. — Moi ? Je ne sais pas. Le P. — Vous ne vous souvenez pas de quelque année qui vous ait paru heureuse ? Le M. — Ma foi non, monsieur. Le P. — Et pourtant la vie est une bonne chose, n’est-ce pas…

Heureuse fin d'année

Le compte à rebours est lancé
Derniers souffles
Dernières couleurs
Dernières lumières
Si vous voulez garder l'an
Le prolonger le bichonner
Prévenez vite
Ou taisez-vous à jamais
Et qu'en douceur 2017
S'achève...
Heureuse fin d'année !

Gabrielle Burel

Réflexion... Le mal

" Qu’est-ce qu’ils voulaient dire tous ces gens qui disaient : "Le mal n’est rien“ ? Depuis Socrate qui passe son temps à dire ça. Alors que oui, le malheur était là. Le mal il a toujours eu deux formes.
- Le malheur
- et la méchanceté.
Le mal du malheureux et le mal du méchant. Ça manquait pas dès les grecs, des méchants et des malheureux. Et en plus, qu’est-ce qui fait qu’il y a du mal à première vue ? C’est que les méchants et les malheureux c’est pas les mêmes. Tiens, si les méchants et les malheureux c’étaient les mêmes, en effet le mal ne serait rien, il se détruirait lui-même. Le scandale c’est que les méchants ne soient pas forcément malheureux et les malheureux pas forcément méchants. Ça arrive de temps en temps mais pas assez souvent. En d’autres termes, si les méchants étaient malheureux et les malheureux méchants, le mal se détruirait, il y aurait une auto-suppression du mal. C’est formidable ça."

GILLES DELEUZE.

Réflexion... Le mot

"Le mot peut être lui aussi un bâillon"

STANISLAW JERZY LEC
(1909~1966)
in Pensées échevelées

Booz endormi - Victor Hugo

Booz endormi
Booz s'était couché de fatigue accablé ;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire ;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.

Ce vieillard possédait des champs de blés et d'orge ;
Il était, quoique riche, à la justice enclin ;
Il n'avait pas de fange en l'eau de son moulin ;
Il n'avait pas d'enfer dans le feu de sa forge.

Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril.
Sa gerbe n'était point avare ni haineuse ;
Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse :
- Laissez tomber exprès des épis, disait-il.

Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques,
Vêtu de probité candide et de lin blanc ;
Et, toujours du côté des pauvres ruisselant,
Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques.

Booz était bon maître et fidèle parent ;
Il était généreux, quoiqu'il fût économe ;
Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme,
Car le jeune homme est beau, mais le vieillard…

Blaise Pascal - Pensées

"…si les hommes sont capables de quelque vérité, celle-là l’est. – Je le confesse, je l’avoue, mais encore n’y a-t-il point moyen de voir le dessous du jeu ? – Oui, l’Écriture et le reste, etc. – Oui, mais j’ai les mains liées et la bouche muette, on me force à parier, et je ne suis pas en liberté, on ne me relâche pas, et je suis fait d’une telle sorte que je ne puis croire. Que voulez-vous donc que je fasse ? – Il est vrai, mais apprenez au moins que votre impuissance à croire vient de vos passions, puisque la raison vous y porte et que néanmoins vous ne le pouvez. (...) Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. Je dis que le coeur aime l’être universel naturellement et soi-même naturellement, selon qu’il s’y adonne, et il se durcit contre l’un ou l’autre à son choix."

Blaise Pascal, Pensées.

La poupée ~ Gabrielle Burel

Image
Un conte de l'Avent - 2017


Une nouvelle histoire de Noël en vingt-quatre fenêtres.... 
1Bertille a perdu sa poupée Béa 2Béa n'a qu'un œil, perd ses cheveux mais Bertille l'aime tant3Elle lui raconte ses secrets, ses chagrins, en la serrant contre son cœur 4Inconsolable, Bertille erre dans les rues en fêteElle s'approche d'un magasin à la vitrine chaudement éclairée  Bien en vue, une magnifique poupée lui sourit de toutes ses fossettes

7Le teint frais, elle est si élégante dans son manteau d'hiver, avec chapeau et manchon assortis 8Bertille presse son front contre la vitre froide pour mieux admirer 9Plongée dans sa contemplation, elle n'entend pas sa grand-mère approcher10"Que fais-tu là, petite ? Il est temps de rentrer11 - Regarde comme elle est belle ! s'extasie la fillette 12 
Tu crois que le Père Noël me l'apportera ? 13 – Qui sait ?" sourit sa grand-mère en prenant Bertille par la main. 14 Elles rentrent en silence ; la petite est abso…

Noël breton - Chant

Image
Noël breton
Sur les granits du Finistère
La neige tombe doucement
On dirait que le ciel aimant
Caresse, emmaillote la terre
Noël ! Noël ! Nuit de mystère
La neige est un mystère aussi
Aumône divine qui tombe
Ce n'est pas le froid d'une tombe
Mais l'apaisement d'un souci

La vieille terre bretonne
Cause avec le ciel
C'est un baiser qu'il lui donne
La nuit de Noël !
La vieille terre bretonne
Cause avec le ciel
C'est un baiser qu'il lui donne
La nuit de Noël !

Les cloches neuves ou rouillées
Éveillant les clochers à jour
Tintent l'espoir, tintent l'amour
Sur les foules agenouillées
Laissez contes et quenouilles
Aïeules, car des enfançons
Comme dans les livres d'images
Vont venir vêtus en rois mages
Scander de mystiques chansons !

La vieille terre celtique
Cause avec le ciel
Et retrouve un beau cantique
La nuit de Noël
La vieille terre celtique
Cause avec le ciel
Et retrouve un beau cantique
La nuit de Noël

Tu chant…

La petite fille aux allumettes

Image
Hans Christian Andersen
LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES. Comme il faisait froid ! la neige tombait et la nuit n’était pas loin ; c’était le dernier soir de l’année, la veille du jour de l’an. Au milieu de ce froid et de cette obscurité, une pauvre petite fille passa dans la rue, la tête et les pieds nus. Elle avait, il est vrai, des pantoufles en quittant la maison, mais elles ne lui avaient pas servi longtemps : c’étaient de grandes pantoufles que sa mère avait déjà usées, si grandes que la petite les perdit en se pressant de traverser la rue entre deux voitures. L’une fut réellement perdue ; quant à l’autre, un gamin l’emporta avec l’intention d’en faire un berceau pour son petit enfant, quand le ciel lui en donnerait un. La petite fille cheminait avec ses petits pieds nus, qui étaient rouges et bleus de froid ; elle avait dans son vieux tablier une grande quantité d’allumettes, et elle portait à la main un paquet. C’était pour elle une mauvaise journée ; pas d’acheteurs, donc p…

Envol

2 Je n'en peux plus
De cette odeur de formol
Qui ne couvre pas
La nauséabonde
Putréfaction en marche
De ce corps souffreteux Il en aura vu et vécu
Ce corps épuisé
À l'étroit
Dans cette boîte
De passage Pauvres fleurs
Pauvres notesLa vie est ailleurs
Dans une lumière
Si légère Je vous y attendsGabrielle Burel
09/12/17

Livre pauvre

Image
Une nouvelle collaboration avec Ghislaine Lejard (Plasticienne et poète)
http://ghislainelejard.blogspot.fr/

Livre pauvre en trois exemplaires
1 pour la médiathèque Jacques Demy à Nantes / 1 pour le plasticien / 1 pour le poète

décembre 2017








 Autre collaboration avec Ghislaine Lejard, une poésie visuelle
11/2016




Nouvelle signalétique

Image
Protection de la NatureUn communiqué  Main VerteDe notre correspondant Main Verte : Enfin du nouveau sur la circulation !






Amis Hérissons, votre protection est enfin assurée  Traversez en toute sécurité


Amis ailés, finis les voyages non-stop!  Repérez vos aires de repos. 
Les Astuces de Main Verte :Renseignez-vous auprès des sociétés animales


Autres communiqués : Pêche interdite :http://theblogofgab.blogspot.fr/2016/03/attention-peche-interdite.html
La nature en ville :http://theblogofgab.blogspot.fr/2016/03/reflexion-nature.html

Attention ... Champignonshttp://theblogofgab.blogspot.fr/2015/10/attention-champignons.html Attention ... Mouettes et quotahttps://theblogofgab.blogspot.fr/2016/03/attention-mouettes.html
Publicité gratuite et non contractuelle : Main Verte, le jardinage d'exception







































Messager ~ Gabrielle Burel

Image
Messager Je confierai au coquillage Tout le bien que je rencontre Si tu l'écoutes il te dira La douceur de l'océan
Gabrielle Burel 7/12/2015

Shakespeare de Hugo

Image
"Ah ! esprits ! soyez utiles ! servez à quelque chose. Ne faites pas les dégoûtés quand il s’agit d’être efficaces et bons. L’art pour l’art peut être beau, mais l’art pour le progrès est plus beau encore. Rêver la rêverie est bien, rêver l’utopie est mieux. Ah ! il vous faut du songe ? Eh bien, songez l’homme meilleur. Vous voulez du rêve ? en voici : l’idéal" in livre VI
https://fr.wikisource.org/wiki/William_Shakespeare_%28Victor_Hugo%29/II/VI




LIVRE III
L’ART ET LA SCIENCEI
Force gens, de nos jours, volontiers agents de change et souvent notaires, disent et répètent : La poésie s’en va. C’est à peu près comme si l’on disait : Il n’y a plus de roses, le printemps a rendu l’âme, le soleil a perdu l’habitude de se lever, parcourez tous les prés de la terre, vous n’y trouverez pas un papillon, il n’y a plus de clair de lune et le rossignol ne chante plus, le lion ne rugit plus, l’aigle ne plane plus, les Alpes et les Pyrénées s’en sont allées, il n’y a plus de be…

6 décembre 1491

Image
6 décembre 1491 Charles VIII épouse Anne de Bretagne
À l'aube du 6 décembre 1491, à Langeais, près de Tours, Charles VIII épouse la duchesse Anne de Bretagne. Elle a 14 ans et le roi de France 21.
C'est le début de la fin pour la Bretagne indépendante.

https://www.herodote.net/6_decembre_1491-evenement-14911206.php

http://www.revuedesdeuxmondes.fr/6-decembre-1491-charles-viii-epouse-anne-de-bretagne/

http://www.revuedesdeuxmondes.fr/charles-viii-roi-meconnu/

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540975t
Contrat de mariage

Johnny Hallyday 15 juin 1943 / 6 décembre 2017

Image
MIX
https://youtu.be/dvFE-dWqMBE?list=PLCFE967ED6F959B22


Et Johnny effaça d'Ormesson, comme Piaf Cocteau.

http://www.lepoint.fr/culture/jean-d-ormesson-johnny-hallyday-rejouent-cocteau-piaf-07-12-2017-2177897_3.php

https://www.herodote.net/11_octobre_1963-evenement-19631011.php












Chanson des escargots qui vont à l'enterrement
Jacques PRÉVERT - (Paroles)
A l’enterrement d’une feuille morte Deux escargots s’en vont Ils ont la coquille noire Du crêpe autour des cornes Ils s’en vont dans le noir Un très beau soir d’automne Hélas quand ils arrivent C’est déjà le printemps Les feuilles qui étaient mortes Sont toutes ressuscitées Et les deux escargots Sont très désappointés Mais voilà le soleil Le soleil qui leur dit Prenez prenez la peine La peine de vous asseoir Prenez un verre de bière Si le coeur vous en dit Prenez si ça vous plaît L’autocar pour Paris Il partira ce soir Vous verrez du pays Mais ne prenez pas le deuil C’est moi qui vous le dis Ça noircit le blanc de l’oeil Et puis ça enlaidit

Jean d' Ormesson - 16 juin 1925 / 5 décembre 2017

Image
La vie est belle - Jean d'Ormesson (C'était bien)
Ne vous laissez pas abuser. Souvenez-vous de vous méfier. Et même de l’évidence : elle passe son temps à changer. Ne mettez trop haut ni les gens ni les choses. Ne les mettez pas trop bas. Non, ne les mettez pas trop bas. Montez. Renoncez à la haine : elle fait plus de mal à ceux qui l’éprouvent qu’à ceux qui en sont l’objet. Ne cherchez pas à être sage à tout prix. La folie aussi est une sagesse. Et la sagesse, une folie. Fuyez les préceptes et les donneurs de leçons. Jetez ce livre. Faites ce que vous voulez. Et ce que vous pouvez. Pleurez quand il le faut. Riez. J’ai beaucoup ri. J’ai ri du monde et des autres et de moi. Rien n’est très important. Tout est tragique. Tout ce que nous aimons mourra. Et je mourrai moi aussi. La vie est belle.
«L’écrivain doit faire attention à tout ce qu’il écrit, il doit faire attention à tout ce qu’il dit. Et il doit faire attention à la façon dont il meurt», justifiait encore Jean d’Ormes…

Pub :)

Image
Nommée site du mois sur la toile de l'un. Merci :)

http://www.latoiledelun.fr/

La Toile de l’Un La Toile de l’Un est un site qui est à la fois une revue de poésie en ligne proposant de manière éphémère à chaque mise à jour un poème à lire, un recueil à découvrir, des actualités, des articles…
etun site de ressources en poésie contemporaine proposant de manière durable des dossiers, des anthologies et ligne, des poèmes d’Europe et d’ailleurs, des propositions pédagogiques, et l’ensemble du fonds du Promenoir de poésie contemporaine.
Bon séjour… Actus Printemps des Poètes 2018
Le prochain Printemps des Poètes se déroulera du 3 au 18 mars 2018. Il aura pour thème : L’ardeur.
Découvrez des propositions pour mettre en œuvre des projets pendant le Printemps des Poètes. Le site du mois Gabrielle blog Le blog de Gabrielle nous offre, dans la rubrique "Quelques poètes", une intéressante collection de liens vers des sites de poètes, et nous invite aussi …

Botanique

Image