Blaise Pascal - Pensées



"…si les hommes sont capables de quelque vérité, celle-là l’est. – Je le confesse, je l’avoue, mais encore n’y a-t-il point moyen de voir le dessous du jeu ? – Oui, l’Écriture et le reste, etc. – Oui, mais j’ai les mains liées et la bouche muette, on me force à parier, et je ne suis pas en liberté, on ne me relâche pas, et je suis fait d’une telle sorte que je ne puis croire. Que voulez-vous donc que je fasse ? – Il est vrai, mais apprenez au moins que votre impuissance à croire vient de vos passions, puisque la raison vous y porte et que néanmoins vous ne le pouvez. (...) Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. Je dis que le coeur aime l’être universel naturellement et soi-même naturellement, selon qu’il s’y adonne, et il se durcit contre l’un ou l’autre à son choix."

Blaise Pascal, Pensées.

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence