Louis CHADOURNE 1890~1925

LOUIS CHADOURNE (1890~1925)
Demerara
Demerara ! Demerara ! un ciel d’orage
              Bistre et goudron,
Des nuages livides, alignés, bien sages
Pareils à des ballots de coton.
 
Quelques palmiers agriffent l’émail
Des toits de zinc chauffés à blanc.
On toucherait le ciel avec sa main.
Un soleil mou crève dans son pansement.
 
Une ligne noire partage le monde
Vert pâle et jaune et sans une ombre.
Des docks accroupis lèchent un flot gras
Irisé d’arcs-en-ciel d’essences.
C’est là que viennent s’étirer les pirogues
Des silencieux qui cherchent les placers.
 

Demerara ! Demerara ! Lointaine terre.
 
Ce sont les boues de l’Orénoque, dites-vous, 
Qui font cette mer visqueuse et ces remous d’opale ?
D’ailleurs elle foisonne de squales.
 
Mais cet énorme policeman ne s’en soucie guère
Il roule et tangue sur le pont du paquebot,
Avec sa casquette à plaque, son casse-tête
Et sa face pareille à un soleil noir.
 
Des évadés, paraît-il ! Cinq jours de canot.
Ils voulaient gagner Surinam,
Mais ils n’avaient plus de vivres... Et alors...
Ici il y a le « hard labour » et la police noire.
Les Anglais ne plaisantent pas. Dieu merci !
 
Demerara ! Demerara ! Lointaine terre !
 
All right ! My boy...
              Cinq cents tonnes de cacao...
À San Juan de Porto Rico...
              Le cours du rhum...
  
Faut-il qu’ils aient souffert, tout de même,
              Pour avoir ces gueules !
              Ah ! ces visages de cire
Comme on en voit dans les musées de foire.
On n’a pas besoin de leur mettre les menottes.
Ils ont des yeux de fièvre et des barbes sales.
Et des gestes las dans leurs vêtements de coton gris.
 
Trois paires d’yeux luisent dans l’entrepont.
Le plus grand a mis les mains dans ses poches,
Et c’est peut-être le seul qui ait l’air triste.
 
Demerara ! Demerara !
              Sirène
On a soufflé une lampe, brusquement à l’horizon.
Une grenade écrasée saigne au raz de la mer.
Des écharpes de suie traînent le long des mâts.
 
La nuit s’abat comme un poing brutal sur le pont,
Le feu d’avant, le feu d’arrière
Se balancent rouge et vert. 
 
Demerara ! Demerara ! Lointaine terre...








Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel