Armel GUERNE 1911~1980



Mentir la vie

Il neige de la mort sur les routes du monde
Il pleut sur l'eau des océans comme une pâte
Et le vent de la nuit sans le levain du deuil
Passe à travers avec indifférence
Et n'aérant nulle tristesse de son poids.
Les malheureux, déchirés du commencement
Qu'ils n'ont jamais connu, n'ont pas de fin non plus !

Armel GUERNE
Le poids vivant de la parole, (c) Solaire



La vague transversale
"C'est elle, vous la connaissez sur les longues plages de l'océan; (la Méditerranée, en dépit de son sel et de son étendue, a les mêmes humeurs, mais pas du tout le même tempérament). - La puissante respiration de la houle du large vient expirer sur le sable, immobile l'instant d'avant, qui redevient lui-même comme un poumon après chaque poussée. La lame accourt en se gonflant, s'aiguise sur sa crête, se verse et puis déferle en s'étalant avec le bruissement un peu froissé d'un long soupir, doux et léger, qu'on perçoit cependant déjà dans l'encore du grand fracas de l’eau cognant sur le rivage. Un éventail qui s'ouvre en captant le soleil, une main qui caresse, le coup preste de la baguette d'une fée qui maintient un instant, lisse et fine, la pellicule d'eau comme un miroir vivant, étiré à l'extrême, transparent au plus haut de la pente conquise. - Et là, dans le moment d’hésitation du ressac suspendu, beaucoup plus faible mais triomphant déjà de la faiblesse de la force lorsque tout bouge encore, naît et se met à courir la vague transversale, presque terrestre, qui semble balayer, ramasser, cueillir la mer épanouie, régner sur elle, rejeu du jeu, la dominer elle qui ne vient de nulle part et que n'appuie aucun passé, la minuscule, l'éphémère - visible à peine sur le fil de son relief, juste comme un frisson, mais tout à coup unique et seule et tout à coup puissante assez pour repousser le puissant océan toujours inexplicable, oui, pour le reconduire en toute modestie et souverainement, le ramener à ses profondeurs."
Le Poids vivant de la Parole, Solaire, 1983
http://www.moncelon.com/armelguerne.htm 

LES PORTES DE LA GLOIRE
Non pas celle du monde, évidemment, mais l'autre
Dont il n'est pas un seul d'entre nous qui ne porte
Quoi qu'il en dise, au fond de soi le souvenir
Indestructible et l'espérance ineffaçable.
Ce n'est pas ce qu'on nie ou ce qu'on prétend croire
Qui éloigne ce qui est là : l'évidence est
Une invisible fleur de la lumière ouverte
Et de la nuit soudain dure comme un rocher.
Elle est tout près, ses portes s'ouvrent, s'ouvrent, sont
Comme encore jamais sur les gonds du désastre
Et le jeu des serrures de la catastrophe.
C'est la fin qui commande à tout commencement.
(OUVERTURE MYSTIQUE)

https://www.erudit.org/culture/liberte1026896/liberte1030000/30931ac.pdf 

http://www.poemes.co/armel-guerne.html 

http://www.juanasensio.com/archive/2014/11/12/le-verbe-nu-meditation-pour-la-fin-des-temps-d-armel-guerne.html 

http://www.armelguerne.eu/

http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2013/10/30/armel-guerne-lame-insurgee-lame-du-romantisme-ou-la-veritable-indignation/

http://www.lmda.net/din2/n_egar.php?Eg=MAT03492

http://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Armel-Guerne-dans-le-secret-de-la-poesie-2014-07-09-1176606

https://fr.wikipedia.org/wiki/Armel_Guerne

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel