Haïku



" Le haïku fixe le mouvement, nomme l'éphémère, montre l'à peine visible. Le haïku est l'ultime parole avant le silence" Pascal Senk ( Leduc.s) 


Le haïku : mode d'emploi


Le comptage des syllabes

Formellement, le haïku est une poésie composée de trois vers de respectivement 5, 7 et 5 syllabes.
En japonais... Mais en japonais, il s'agit plutôt de temps.Une syllabe peut être longue ou brève. On compte plutôt en mores (onjii en japonais), dont la durée est équivalente à une voyelle brève. 
Par exemple Tokyo est composé de deux syllabes to-kyo, l'une et l'autre longue et donc quatre mores to-o-kyo-o.
  • une voyelle brève compte pour une more.
  • une voyelle longue pour deux mores
  • une consonne géminée vaut une more
  • la nasale n en clôture de syllabe compte pour une more
La raison des 17 temps est liée à la durée de l'élocution. Un haïku doit pouvoir être lu, à haute voix, en une seule respiration.
Dans les autres langages, la transposition est difficile. L'anglais est plus concis, le français et l'allemand, plus long encore.

La règle des 17 syllabes en 5-7-5 n'est pas unanimement reconnue dans les langues autres que le japonais. Pour des raisons liées au langage, elle parait artificielle et certains pensent qu'elle ne peut être transposée. En effet, l'anglais est nettement plus à l'aise dans 5 syllabes que le français.
La question divise la communauté haïku.

On adopte alors plusieurs voies : 

1° Une métrique variable selon la langue : on trouve 3-5-3 en anglais. On admet que 17 temps japonais font +/- 11 syllabes anglaises.

2° Un schéma court-long-court, plus souple
A mon avis, il vaut mieux avoir une légère erreur de métrique que d'utiliser une cheville ou d'abandonner une image. On reconnait la possibilité d'avoir un écart d'une syllabe sur une ligne ou deux lignes si on respecte le schéma court-long-court ET que les images sont belles.
En pratique, le poète même classique dépasse souvent le comptage strict On trouve 17,18 et même 20 mores. On trouve chez lui plus rarement moins.
 

Note personnelle

J'essaie de respecter le nombre de syllabes mais jamais au prix des images. Un écart d'une syllabe en respectant le schéma court-long-court me semble raisonnable.

http://www.tempslibres.org/tl/fr/theo/mode04.html






Matsuo Bashō (松尾 芭蕉?), plus connu sous son seul prénom de plume Bashō (芭蕉?, signifiant « Le Bananier »), est un poète japonais du XVIIe siècle (début de l'époque d'Edo). De son vrai nom Matsuo Kinsaku (enfant) puis Matsuo Munefusa (adulte), il est né en 1644 à Iga-Ueno et mort le à Ōsaka. Il est considéré comme l'un des quatre maîtres classiques du haïku japonais (Bashō, Buson, Issa, Shiki).
Auteur d'environ 2 000 haïkus, influencé par Akira Kisaï1, Bashō rompt avec les formes de comique vulgaire du haïkaï-renga du XVIe de Sōkan en proposant un type de baroque qui fonde le genre au XVIIe en détournant ses conventions de base2 pour en faire une poésie plus subtile qui crée l'émotion par ce que suggère le contraste ambigu ou spectaculaire d'éléments naturels simples opposés ou juxtaposés.

« Sur une branche morte
Les corbeaux se sont perchés
Soir d'automne. »
Pour Bashō, le haïku n'est pas dans la lettre mais dans le cœur. Il s'efforce d'exprimer la beauté contenue dans les plus simples choses de la vie :
« Paix du vieil étang.
Une grenouille plonge.
Bruit de l'eau. »
Dans cette manière de poème, Bashō parvient à exprimer « l'interpénétration de l'éternel et de l'éphémère »4. C'est également une poésie de l'allusion et du non-dit qui fait appel à la sensibilité du lecteur. Par exemple, il évite de décrire l'évidente beauté du mont Fuji :
« Brume et pluie.
Fuji caché. Mais maintenant je vais
Content.»
« Herbes de l'été.
Des valeureux guerriers
La trace d'un songe. »
 Nourri de culture chinoise et de philosophie bouddhiste, Bashô crée des contrastes saisissants qui, un peu à la manière des koan de l'école bouddhique du Zen, nous invitent à dépasser la dualité des phénomènes et à nous libérer de nos illusions:

Shizukasa ya iwa ni shimiiru semi no koe
Traduction:
Silence le chant des cigales pénètre les rocs 



https://fr.wikipedia.org/wiki/Matsuo_Bash%C5%8D

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence