Rafael de Leon

Rafael de Leon - Petite ballade des trois poignards

J'ai acheté trois poignards
pour que tu me donnes la mort...

Le premier, Indifférence,
est un sourire qui va et vient
et s'enfonce dans la chair
comme une rose de neige.

Le second est de traîtrise;
mon dos le pressent déjà,
laissant sans printemps
un arbre aux nervures vertes.

Et le dernier, d'acier froid,
si jamais tu as le courage,
de me laisser, face à face,
amour, présent de corps.

J'ai acheté trois poignards
pour que tu me donnes la mort...

Vu les sept derniers jours

AD(n) - au pays des anges

LEO FERRE - La mémoire et la mer

Réflexion... Georges de Rivas

Réflexion... Pierre Michon

Réflexion... Maurice Blanchot

ANTHONY PHELPS Je continue ma lente marche

SERGE PEY C'était une fois, c'était toujours

George Bacovia – Rare

Henri Michaux Ma vie