Hélène Vacaresco

HELENE VACARESCO (1864~1947)

Il passa ! J’aurais dû sans doute
Ne point paraître en son chemin ;
Mais ma maison est sur la route,
Et j’avais des fleurs dans la main.
 
Il parla : j’aurais dû peut-être
Ne point m’enivrer de sa voix :
Mais l’aube emplissait ma fenêtre,
Il faisait avril dans les bois.
 
Il m’aima : j’aurais dû sans doute
N’avoir pas l’amour aussi prompt ;
Mais hélas ! quand le cœur écoute,
C’est toujours le cœur qui répond.
 
Il partit : je devrais peut-être
Ne plus l’attendre et le vouloir ;
Mais demain, l’avril va paraître,
Et, sans lui, le ciel sera noir.

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence