Hélène Vacaresco

HELENE VACARESCO (1864~1947)

Il passa ! J’aurais dû sans doute
Ne point paraître en son chemin ;
Mais ma maison est sur la route,
Et j’avais des fleurs dans la main.
 
Il parla : j’aurais dû peut-être
Ne point m’enivrer de sa voix :
Mais l’aube emplissait ma fenêtre,
Il faisait avril dans les bois.
 
Il m’aima : j’aurais dû sans doute
N’avoir pas l’amour aussi prompt ;
Mais hélas ! quand le cœur écoute,
C’est toujours le cœur qui répond.
 
Il partit : je devrais peut-être
Ne plus l’attendre et le vouloir ;
Mais demain, l’avril va paraître,
Et, sans lui, le ciel sera noir.

Vu les sept derniers jours

AD(n) - au pays des anges

LEO FERRE - La mémoire et la mer

Réflexion... Georges de Rivas

Réflexion... Pierre Michon

Réflexion... Maurice Blanchot

ANTHONY PHELPS Je continue ma lente marche

SERGE PEY C'était une fois, c'était toujours

George Bacovia – Rare

Henri Michaux Ma vie