Antonin Artaud

Antonin Artaud – Lamento à la fenêtre

Vois, toute douce, toute belle, toute pâle
Le jour qui vient mourir sur les mystères blancs ;
Il nous paraît humain ce jour agonisant,
Tristement effeuillant ses bagues dans la salle.

Nous nous sentons heureux de savoir que les choses
Boivent ainsi que nous ce lambeau de clarté
Et s’enfuient avec nous vers les nuages roses….
L’heure sonne son glas vers les vitraux muets.

Dans la douceur du soir se lamentent les branches,
Parfois dans les chemins agonise un oiseau
Et voici que le ciel prend une couleur d’eau….
Ma soeur c’est notre amour qui neige dans les branches.

Vu les sept derniers jours

JORGE LUIS BORGES

Conrad Aiken - La Musique que j'entendais avec toi

CARLO BORDINI- Poème inutile

HENRY BAUCHAU - LE SEL

Réflexion.. OSSIP MANDELSTAM

ALEJANDRA PIZARNIK

RENE CHAR - Allégeance

Poésie ininterrompue - Eluard

Gérard de Nerval - Fantaisie

Boris Pasternak Poésie