Maurice Carême - La Peine

La PEINE
On vendit le chien, et la chaîne,
Et la vache, et le vieux buffet,
Mais on ne vendit pas la peine
Des paysans que l’on chassait.
Elle resta là, accroupie
Au seuil de la maison déserte,
A regarder voler les pies
Au-dessus de l’étable ouverte.
Puis, prenant peu à peu conscience
De sa forme et de son pouvoir,
Elle tira d’un vieux miroir
Qui avait connu leur présence,
Le reflet des meubles anciens,
Et du balancier, et du feu,
Et de la nappe à carreaux bleus
Où riait encore un gros pain.
Et depuis, on la voit parfois,
Quand la lune est dolente et lasse,
Chercher à mettre des embrasses
Aux petits rideaux d’autrefois. 
in PETITES LEGENDES

Commentaires

  1. Merci - Joliment dit pour les hommes de la Terre, travailleurs et nourriciers d'hier - Aujourd'hui salement oubliés, humiliés, ruinés, blessés !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

René TAVERNIER - Il y en a qui prient, il y en a qui fuient

Réflexion... Bernard Noël

André Breton – Moins de temps

Henri BATAILLE Les souvenirs

Conrad Aiken - La Musique que j'entendais avec toi

Yeats La douleur d'aimer

Liliane Wouters - Au bout de l'amour

Voyageur voyageur - Supervielle

ALEJANDRA PIZARNIK - Poème