SYLVIA PLATH - Mort-nés

SYLVIA PLATH ^- Mort-nés (1960)

Les poèmes ne vivent pas ; c’est leur triste destin,

Bien qu’ils aient des orteils et des doigts

Et de petits fronts bombés.

Leur mère les a couverts de p’tits soins

Ils ne savent toutefois pas marcher.

Ô je ne saurais dire ce qui leur est arrivé !

Leur silhouette et leurs traits ; tout est parfait.

Ils s’assoient gentiment dans la saumure !

Et m’accueillent le sourire aux lèvres

Hélas ! Leurs poumons ne se remplissent pas d’air

Et leur cœur ne se met pas à battre.

Ils ne sont pas des cochons, pas même des poissons,

Quoiqu’ils leur ressemblent—

اa aurait été mieux s’ils étaient en vie.

Mais ils sont morts et leur mère affolée l’est presque aussi

Ils la dévisagent, mais ne parlent jamais d’elle.

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence