Un jour un peintre ... Dali 1904 1989


Dali à Nantes 26/12/17 31/03/18
http://expodalinantes.fr/au-programme/#collection

La persistance de la mémoire


L'escargot et l'ange
St Georges et le dragon
Eléphant
Vénus
Femme en flammes
Alice au pays des merveilles
Don Quichotte et Sancho Panza

Sculptures

Espace Dali


 La persistance de la mémoire




Sur un fond de paysage méditerranéen où les rochers durs, secs et ensoleillés de Cadaqués se détachent sur l’azur du ciel et de la mer, Dali installe trois montres molles. Elles sont posées, comme de vieilles serviettes, sur un arbre mort, une table et une étrange créature du type mollusque, qui n’est rien d’autre que l’autoportrait de l’artiste, de profil avec ses longs cils. Toute sa vie, Dali a évoqué sa phobie des fourmis. Elles dévorent tout et symbolisent, pour lui, la décadence, l’éphémère, la pourriture. Ici, elles s’attaquent, comme dans un film de science-fiction, à la quatrième montre, en or, qui est la seule à être dure, pour définitivement anéantir le temps nous renvoyant ainsi à notre finitude, sujet d’obsession et de panique pour l’artiste. L’impact de l’œuvre est immédiat. A la dureté des rochers, Dali oppose la mollesse des montres nous plongeant dans une sorte de méditation étrange sur la fuite du temps. Cette opposition évoque la dualité de l’homme : la putréfaction, la mort et le temps qui passe pour le mou et les fourmis, face à la stabilité des rochers de son enfance, refuge et lieu de rêverie et d’inspiration, pour le dur.





https://www.salvador-dali.org/fr/
Fondation Dali




https://fr.wikipedia.org/wiki/Salvador_Dal%C3%AD

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence