Deux poèmes parasités ~ Gabrielle Burel


Deux poèmes parasités


Ceci


Collé à la paroi
Vertige aux abois
Gorge serrée
La mort dans la peau
Résister à l'abîme
Ou plonger
Yeux fermés
Tuer une vie
Au goût de sang
Enfer titanesque
D'un grain de sable
Parmi tant d'autres
Absence non remarquée
En congé de l'existence
Pour l'éternité


Cela



Les crachats retombent
En pluie gluante
Sur celui qui lance au vent
Les mots bâillonnés
De la liberté bafouée

Un voile glauque
Recouvre le jour
Ensanglanté
Qui hurle le silence
Des injustices

La nuit incarnat
Rue dans les brancards
De l'ordre aseptisé

Les assassinés du rêve
Se lèvent en masse
Enfin libérés du joug

Allons enfants
Il est temps !
Rétablissons
La Poésie !

Gabrielle Burel
Septembre 2016



Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Henri Pichette 1924 - 2000

Neruda Ode à un albatros voyageur

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel