Laurent Gaudé

Laurent Gaudé, Le Tigre bleu de l'Euphrate, pièce de théâtre parue aux Editions Acte Sud
L'extrait se situe à la fin de la pièce, composée de dix actes. Une seule voix se fait entendre, celle d'Alexandre le Grand. Au premier acte, il se prépare à mourir et chasse tous ceux qui se pressent autour de lui. Il raconte à la Mort, qu'il imagine face à lui, comment le Tigre bleu lui est un jour apparu et comment il a su que le but de sa vie était de le suivre, toujours plus loin, à travers le Moyen-Orient. Mais, cédant à la prière de ses soldats, il cesse de suivre le Tigre bleu pour faire demi-tour. 
[...] 
Je vais mourir seul 
Dans ce feu qui me ronge, 
Sans épée, ni cheval, 
Sans ami, ni bataille, 
Et je te demande d'avoir pitié de moi, 
Car je suis celui qui n'a jamais pu se rassasier, 
Je suis l'homme qui ne possède rien 
Qu'un souvenir de conquêtes. 
Je suis l'homme qui a arpenté la terre entière 
Sans jamais parvenir à s'arrêter. 
Je suis celui qui n'a pas osé suivre jusqu'au bout le tigre bleu de l'Euphrate. 
J'ai failli. 
Je l'ai laissé disparaître au loin 
Et depuis je n'ai fait qu'agoniser. 
A l'instant de mourir, 
Je pleure sur toutes ces terres que je n'ai pas eu le temps de voir. 
Je pleure sur le Gange 
lointain de mon désir. 
Il ne reste plus rien. 
Malgré les trésors de Babylone, 
Malgré toutes ces victoires, 
Je me présente à toi, nu comme au sortir de ma mère. 
Pleure sur moi, sur l'homme assoiffé. 
Je ne vais plus courir, 
Je ne vais plus combattre, 
Je serai bientôt l'une de ces millions d'ombres qui se mêlent et 
s'entrecroisent dans tes souterrains sans lumière. 
Mais mon âme, longtemps encore, sera secouée du souffle du cheval. 
Pleure sur moi, 
Je suis l'homme qui meurt 
Et disparaît avec sa soif. 
(Laurent Gaudé, Le tigre bleu de l'Euphrate, acte X)

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel