Maelbeek - Pierre Warrant


Maelbeek


la bouche du métro
n’en finit pas de dévorer les vies
elle cherche le souffle de la bombe
le tic le tac de l’horreur
la bête immonde qui éclabousse

sur le trottoir de nos cauchemars
des fleurs déjà se fanent
des bougies se recueillent
des caméras déversent
ce que le monde est devenu

à deux arrêts d’ici
elles parlent toutes les langues
et portent la boule au ventre
ce qu’on explique pas
de cette plaie qui saigne

on se ressemble
on se rassemble
on tient la lampe allumée
on cherche l’eau qui nous apaise
et Pâques arrive comme par erreur

de balles et de baisers
il se fabrique son chemin
et puise jusqu'à nos larmes
cette chose que l’on recherche
l’amour et ce qui manque.

Pierre Warrant

https://pantarei168.wordpress.com/2016/03/30/paris-bruxelles-et-tout-sarrete/
Autres textes écrits à la suite des attentats du 22 mars 2016





Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Henri Pichette 1924 - 2000

Neruda Ode à un albatros voyageur

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel