Mes paradis - Jean Richepin

MES PARADIS



Ris, si tu veux, hausse l'épaule !
N'importe ! Écoute cependant.
Dans l'ombre où tu vas te perdant
Garde ce conseil comme un pôle.


Sans doute ce n'est pas d'un coup

Ni. par une route très brève

Qu'il te mènera vers ton rêve.

Tu devras voyager beaucoup.



Tu connaîtras d'âpres traverses ;
Tu n'auras pas force repos ;
Mais le soleil tanne les peaux,
Et ça les lave, les averses.


Il faut l'embrun, le sel amer,
Et la bonace après l'orage,
Et faire plusieurs fois naufrage,
Quand on veut être un loup de mer.

Et quand c'est la terre future

Qu'on cherche sous de nouveaux cieux,

Il faut aux vents capricieux

Ouvrir sa voile d'aventure.


Jean Richepin

 

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Henri Pichette 1924 - 2000

Neruda Ode à un albatros voyageur

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel