Sainte Beuve 1804 - 1869


Mon âme est ce lac même ...

Mon âme est ce lac même où le soleil qui penche,
Par un beau soir d'automne, envoie un feu mourant :
Le flot frissonne à peine, et pas une aile blanche,
Pas une rame au loin n'y joue en l'effleurant.

Tout dort, tout est tranquille, et le cristal limpide,
En se refroidissant à l'air glacé des nuits,
Sans écho, sans soupir, sans un pli qui le ride,
Semble un miroir tout fait pour les pâles ennuis.

Mais ne sentez-vous pas, Madame, à son silence,
A ses flots transparents de lui-même oubliés,
A sa calme étendue où rien ne se balance,
Le bonheur qu'il éprouve à se taire à vos pieds,

À réfléchir en paix de bien-aimé rivage,
A le peindre plus pur en ne s'y mêlant pas,
A ne rien perdre en soi de la divine image
De Celle dont sans bruit il recueille les pas ?



http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_sainte_beuve/charles_sainte_beuve.html

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-litteraire-de-la-france-2001-2-page-263.htm

http://www.histoire.presse.fr/livres/les-classiques/port-royal-de-sainte-beuve-01-12-2004-8226

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/charles-augustin-sainte-beuve

http://www.la-pleiade.fr/Auteur/Sainte-Beuve

https://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Charles_Augustin_Sainte-Beuve

https://fr.wikiquote.org/wiki/Charles-Augustin_Sainte-Beuve

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Augustin_Sainte-Beuve

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Henri Pichette 1924 - 2000

Neruda Ode à un albatros voyageur

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel