Joachim du Bellay 1522 - 1560

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage


XXXI

                                               Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
                                               Ou comme celui-là qui conquit la toison
                                               Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
                                               Vivre entre ses parents le reste de son âge !

                                               Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
                                               Fumer la cheminée et en quelle saison
                                               Reverrai-je le clos de ma pauvre maison
                                               Qui m'est une province et beaucoup davantage?

                                               Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux
                                               Que des palais romains le front audacieux ;
                                               Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

                                               Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
                                               Plus mon petit Liré que le mont Palatin
                                               Et plus que l'air marin la douceur angevine.

in Les Regrets




XXXIX

                                               J’aime la liberté, et languis en service,
                                               Je n’aime point la cour, et me faut courtiser,
                                               Je n’aime la feintise, et me faut déguiser,
                                                J’aime simplicité, et n’apprends que malice :

                                               Je n’adore les biens, et sers à l’avarice,
                                               Je n’aime les honneurs, et me les faut priser,
                                               Je veux garder ma foi, et me la faut briser,
                                               Je cherche la vertu, et ne trouve que vice :

                                               Je cherche le repos, et trouver ne le puis,
                                               J’embrasse le plaisir, et n’éprouve qu’ennuis,
                                               Je n’aime à discourir, en raison je me fonde :

                                               J’ai le corps maladif, et me faut voyager,
                                               Je suis né pour la Muse, on me fait ménager :

                                               Ne suis-je pas, Morel, le plus chétif de monde?
 
in Les Regrets 



XXVI

                                               La nuit m’est courte, et le jour trop me dure.
                                               Je fuis l’amour, et le suis à la trace.
                                               Cruel me suis, et requiers votre grâce.
                                               Je prends plaisir au tourment que j’endure.

                                               Je vois mon bien, et mon mal je procure.
                                               Désir m’enflamme, et Crainte me rend glace.
                                               Je veux courir, et jamais ne déplace.
                                               L’obscur m’est clair, et la lumière obscure.

                                               Vôtre je suis et ne puis être mien,
                                               Mon corps est libre, et d’un étroit lien
                                               Je sens mon cœur en prison retenu.

                                               Obtenir veux, et ne puis requérir,
                                               Ainsi me blesse, et ne me veut guérir
                                               Ce vieil enfant, aveugle archer, et nu.

in L'Olive 



http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/joachim_du_bellay/joachim_du_bellay.html

http://www.pierdelune.com/bellay.htm

http://www.poetica.fr/categories/joachim-du-bellay/

Du Bellay, Les Regrets, sonnet 68  

Je hais du Florentin l’usurière avarice,
Je hais du fol Siennois le sens mal arrêté,
Je hais du Genevois la rare vérité,
Et du Venitien la trop caute malice :

Je hais le Ferrarois pour je ne sais quel vice,
Je hais tous les Lombards pour l’infidélité,
Le fier Napolitain pour sa grand’ vanité,
Et le poltron Romain pour son peu d’exercice :

Je hais l’Anglais mutin, et le brave Ecossais,
Le traître Bourguignon, et l’indiscret Français,
Le superbe Espagnol, et l’ivrogne Thudesque :

Bref, je hais quelque vice en chaque nation,
Je hais moi même encor’ mon imperfection,
Mais je hais par sur tout un savoir pédantesque.


La poétique de Du Bellay dans Les Regrets
http://www.lettres.ac-versailles.fr/spip.php?article609

http://www.alalettre.com/du-bellay.php

https://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Joachim_du_Bellay

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joachim_Du_Bellay

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel