CLO D'ARIA 1916 - 2015

" Le printemps m'a réveillée."
 

À un personnage imaginaire CLO D'ARIA

Ô toi qui marches
le nez au vent
qui zigzagues
entre les passants
léger rigolo
insouciant
prends ma taille
et fais-moi valser
sur le trottoir
ou la chaussée...
FAIS MOI RIRE
De ce que pense
ce monde fou
mou, je me fous
CLO D'ARIA
in Comme en poésie n* 4

 Le rêve

Le rêve habite
au bord de la mer
Il a besoin d'espace
de vent de sable
de vagues bleues ...
Pourquoi y ai-je rencontré
Un diable marin
Qui m'a ramenée dans les terres ?
Quand je serai porte
Je retournerai
Au bord de la mer
(Même si je ne dois y être
qu'un petit crabe...)

 in Comme en poésie n*10



http://fr.wikipedia.org/wiki/Clod%27aria
***
Les haïku déferlent
par milliers :
Marée noire
***
Guerre :
le pacifiste tomba
une rose à la main
***
Hors frontières
Hors sursis
Secret comme la nuit
Grave comme le jour :
L'amour ...
in Comme en poésie n * 4
----
Musique d'enfance
Peut-être dois-je
à l'Orbrie
d'aimer la poésie ?
À ses prairies
pleines de marguerites
à ses nuages
- îles flottantes -
à ses peupliers
qui chantent
à ma grand-mère
et son chapelet
à mes tantes
qui se chamaillaient
à mon instit
- poète aussi -
à Raymond qui se passionnait
pour les étoiles filantes
Peut-être dois-je
à l'Orbrie
ce côté de mon caractère
secret, fragile
et désarmé
devant toutes les cruautés
du monde ???
À quatre ans
tout était dit :
j'avais perdu mon père
j'avais perdu ma mère
j'avais perdu Paris ...
***
Un lapsus
une lueur dans l’œil
un quart de sourire
un silence :
des riens
qui quelquefois
font tout
***
Les vieux amis
n'écrivent plus
Des nouveaux se présentent
et me voilà qui fonce
comme une adolescente...
***
La maison
a toujours voulu vivre
à travers les vicissitudes
de ses habitants ...
La maison
est restée debout
solide
imperturbable
Elle a enterré tout le monde
Et moi bientôt l
***
Qui ment ?
La pendule ou le temps?
Le temps des chagrins s'allonge
Celui des amours rétrécit
Le temps musarde
déraille
oublie ...
Le temps n'est jamais à l'heure
La pendule va son train
de bureaucrate
se fout du quart
comme du tiers
et si vous entendez
son cœur battre
ne vous méprenez pas :
il est en fer
un Comme en poésie n* 7
---

L'amour vache

On ne choisit pas
ceux qu'on aime
Alors ???
Trop jeune ?
Trop vieux ?
Pas libre ?
Affreux ?
Crétin ?
Vicieux?
Ça tombe
comme ça peut
Pas vous ?
Vous êtes aimé
des Dieux
***

Calvaire

Les guêpes ont fait leur nid
dans le ventre à Jésus-Christ
Sur la croix toujours pendu
il y a longtemps qu'il s'est tu ...
À ses pieds à toute allure
défile un tas de voitures
Personne ne lève le nez
Vers le pauvre crucifié ...
C'est bien fichu
Pauvre Jésus ...
***

L'adieu d'une vieille

Bien sûr , bien sûr
Chaque génération
Juste éclose
Pousse au derrière
Celle d'avant ...
Salut les jeunes
Je vous comprends
("Je vous ai reconnus"
Disait un vieux
Dont on ne parle plus )
Ô jeunes dépêchez-vous :
Bossez foncez gueulez,
Pâmez-vous
On vous attend
On vous espère
On vous aime
À vous la plume
Les armes
Les larmes
Je vous salue :
Vieux de demain...
Je vais rejoindre les anciens !
in Comme en poésie n* 10
-----
Marjan, Godeau
et ceux que j'ai oublié!
Trois ans déjà
On n'en parle plus ...
Et moi
Comme une feuille morte
au bout de la branche
je voltige ...
in Comme en poésie n* 13
***
J'oublie tout
du présent
Rien
du passé

LA PIERRE 

à la mémoire de mon mari
La pierre est lourde
laide
encombrante
bonne à rien
On voudrait l'ignorer
mais on ne peut pas
elle existe
Elle est patiente
Elle attend celui
qui la sculptera...
***
Et si l'on mettait
une boîte aux lettres
sur la tombe des morts ?
La nuit au clair de lune
ils viendraient lire
leur courrier ...
***
Pis aller ?
Quand il n'y a
Rien d'autre
Il y a le
Pis aller
***
Pardonne-moi
dit l'araignée
à la petite mouche
mais il faut bien
que je mange quelque chose
***
Mon Karma a des hauts et des bas...
Hélas, hélas :
visiter les stupas...
Ceux qui vont et ceux qui ne vont pas
Karma
Karma...
***
Le printemps m'a réveillée.
in Comme en poésie n* 14




Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel