Abolition

Aimé Césaire
ET CE PAYS CRIA
"Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ; que les pulsations de l’humanité s’arrêtent aux portes de la négrerie ; que nous sommes un fumier abondant hideusement prometteur de cannes tendres et de coton soyeux et l’on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et l’on nous vendait sur les places et l’aune de drap anglais et la viande salée d’Irlande coûtaient moins cher que nous, et ce pays était calme, tranquille, disant que l’esprit de Dieu était dans ses actes. 
Nous vomissure de négrier 
nous vénerie des Calabars 
Quoi ? Se boucher les oreilles ? 
Nous, soûlés à crever de roulis, de risées, de brume humée ! 
Pardon tourbillon partenaire ! 
J’entends de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d’un qu’on jette à la mer… 
les abois d’une femme en gésine…des raclements d’ongles cherchant des gorges…des ricanements de fouet… des farfouillis de vermine parmi les lassitudes… 
Rien ne put nous insurger jamais vers quelque noble aventure désespérée. 
Ainsi soit-il. Ainsi soit-il. 
Je ne suis d’aucune nationalité prévue par les chancelleries. 
Je défie le craniomètre. Homo sum, etc. 
Et qu’ils servent et trahissent et meurent. Ainsi soit-il. 
Ainsi soit-il. C’était écrit dans la forme de leur bassin "
Aimé Césaire in Cahier d'un retour au pays natal - 1947 


 Guadeloupe Mémorial ACTE

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel