Francis Giauque 1934 - 1965

"Ne trouvons plus de mots assez aigus
pour exprimer l'ampleur du désastre
vivons disloqués
dans les convulsions de l'angoisse
parmi les remous d'un désespoir si absolu
que rien n'en altère la cruauté
Sommes réduits à mendier les caresses de la mort
à accepter l'horreur pour s'en faire une défroque
dérivons vers les ravines de boue
jaillirons enchainés du centre putréfié de l'humiliation"
Janvier 1964



http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Giauque

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Haïku

Zone - Guillaume Apollinaire

Je ne sais pourquoi... Verlaine

Maurice Carême - La Peine

Comédie ~ Gabrielle Burel

Parce que ~ Gabrielle Burel

L'arbre des amis - Borges