Bernard Perroy

Nouveau rivage 
Me voici devant la nuit,
vêtu de mes seules paroles
d’air et de flammes intérieures.
L’horizon s’étale à mes pieds,
la mer comme une mère
m’entourant de ses délicatesses
et de ses prévenances répétées
battant la rive de mes pensées
pour m’ouvrir aux gestes tendres de l’amour,
au simple sourire,
à la patience de nos mains
quand ils défont tous les nœuds de la vie.
Bernard Perroy



Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel