Béatrice Douvre 1967 - 1994


Bdouvre_oeuvre




http://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2011/09/b%C3%A9atrice-douvre-linvisible-est-un-miracle.html

Le heurt

Tu marchais

Parcourant la trace de la terre
Où bruit l’obscur et l’incertaine qui repose

Voici
L’herbe enclave
A cette pierre

Ô fausse clarté de l’ascendance
Don lumineux des pierres agissantes

Dans quel achèvement
Ne plus saisir

Herbe franchie
C’est un lieu de pierre nu

Quelle trace y sais-tu
Où les plaies sont larges dans la lueur

Tu marchais

La terre en perte rouge
Attarde au dernier lieu sa dernière lueur

Sur cette terre à gravir
Ivre
Improbable

Où tu riais
Par le gré incertain des sables
In Voix d’une autre année, 1986-1988, in Œuvre poétique, peintures et dessins, préface de Philippe Jaccottet, Voix d’Encre, 2000, p. 14.
*
L'outrepassante
À René Char
Habiter la halte brève
La rive avant la traversée
La distance fascinée qui saigne
Et la pierre verte à l'anse des ponts

Dans la nuit sans fin du splendide amour
Porter sur l'ombre et la détruire
Nos voix de lave soudain belliqueuses
L'amont tremblé de nos tenailles

Il y a loin au ruisseau
Un seuil gelé qui brille
Un nid de pierres sur les tables
Et le pain rouge du marteau

La terre
Après la terre honora nos fureurs
Ô ses éclats de lampes brèves
Midis
Martelés de nos hâtes
ibid, p.26
*
Le corps grandi

Renoncement nocturne Ô fête
De ce qui fut la beauté
D'une maison des corps désencombrés

Adieu aux cercles de la grâce
Qui entrouvraient tes yeux dans la lumière cave

Adieu maintenant comme une aile, j'ai un corps
Aux clartés des limites humaines et chaleureuses
Et retour et je suis parmi vous les vivants
Vos sommeils aux bras longs m'accueillent pour revivre

Moins de nuage cette nuit, moins de vent
je suis dans la passion dont l'âge m'abandonne
C'est dans l'âge plus haut d'un autre qu'a grandi

La beauté maintenant où s'attarde mon corps.
ibid, p.188
*
Le jardin
Arrête-toi au fond de ce jardin
Pour l’air et pour le peu de roses
Arrête-toi, je te rejoins
Tu es plus belle que mon attente
Plus terrible encore quand le temps cesse
Car tu as cessé de vivre dans le temps
Mémoire
Poussant le grillage de fer
Pas à pas sur les terres humides
De la rosée plus que le jour
Je te rejoins
Il n’y a plus personne dans ce jardin
Les quelques pas avaient gravé la terre
C’était mon pas
Ô disparue derrière les ronces.
Poème isolé, écrit en 1989 et 1993, publié par la revue Linea, n° 4, été 2005, p. 14

Bibliographie

  • Œuvres © Voix d'encre, 2000
  • Dossier Béatrice Douvre, Revue Linéa n°5, été 2005
http://marie873.wix.com/autre-monde#!beatrice-douvre-pierre-jean-jo/cmgm


http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Douvre

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel