André Dhôtel 1900 - 1991

« Écrire, c’est s’approcher lentement » (le pays où l’on n’arrive jamais)

« La voix de Dhôtel, c’est de l’eau pure d’autant plus précieuse à mesure que la littérature à la mode se dessèche ou s’empâte ; je m’en abreuve depuis près de trente ans. »Philippe Jaccottet.



http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/dhotel/dhotel.html

http://www.andredhotel.org/

http://www.franceculture.fr/emission-une-vie-une-oeuvre-10-11-la-redoutable-simplicite-d-andre-dhotel-2011-01-02


Poèmes

  • Le Petit Livre clair, Le Rouge et le noir, 1928 ; Deyrolle & Théodore Balmoral, 1997
  • La Chronique fabuleuse et ses avatars cités plus haut peuvent être lus comme des recueils de prose poètique.
  • La Vie passagère, Phébus, 1978
  • Poèmes comme ça, Le Temps qu’il fait, 2000 (préface de Jean-Claude Pirotte)



Vu les sept derniers jours

Levée en masse - Jean Malrieu 1915 - 1976

Sylvia Plath 1932 1963

Pierre Autin Grenier 1947 2014

Poésie ininterrompue - Eluard

Paol Keineg