René Daumal

René Daumal

La désillusion

Blanc et noir et blanc et noir,
attention, je vais vous apprendre à mourir,
fermez les yeux, serrez les dents,
clac ! vous voyez, ce n'est pas difficile,
il n'y a là rien d'étonnant.

Je vous parle sans passion,
noir et blanc et noir et blanc,
clac ! vous voyez qu'on s'y fait vite,
je vous parle sans amour,
et pourtant vous savez bien...
-il faut être évident jusqu'à l'absurde -

Blanc et noir et blanc et noir et noir et blanc,
si nos âmes échangeaient leurs corps,
il n'y aurait rien de changé,
alors ne parlez plus de corps ni d'âmes.

Blanc, noir, clac ! c'est la seule chose
qu'ensemble nous pouvons comprendre,
(mais n'est-ce pas qu'il n'y a là rien de tragique ?)

Je vous parle sans passion
blanc, noir, blanc, noir, clac,
et c'est mon éternel cri de mourant,
ce cri blanc, ce trou noir...
Oh ! Vous n'entendez pas,
vous n'existez pas,
je suis seul à mourir.

Vu les sept derniers jours

Boileau - L'art poétique

Gérard Le Gouic - De quoi sera faite la nuit

Réflexion... Mandelstam

Anna Akhmatova - Les poèmes

ALICIA SUSKIN OSTRIKER - Les Vieillards

Unica Zürn - L'esprit hors de la bouteille

Abstraction ~ Gabrielle Burel

ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

Pessoa - Initiation