Nimrod

"Allongé dans l'herbe, j'aspire la nuit. La graine vive des étoiles dépose en moi la semence du verbe être avec des convictions qui donnent grand-faim et grand-soif. C'est une sensation que personne n'a encore su nommer

Solitude. Je me suis gardé d'en faire l'aveu
Je me fie à ses syllabes. J'attends
Qu' importe si un secret m'habite enfin
Je sais compter avec l'instant ni fort ni faible
ni impatient. Certitudes incertitudes"

Nimrod - Babel Babylone (Une goutte de feu)

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence