Yann Erwan Paveg




 

Ivresse de vie 

à perdre haleine
à perdre étoile
à trop pleurer dans le couchant
se faire bercer camarade
dans les vents d'occident

attendre le mot
la symphonie
entendre son pas
dans la danse des prairies
guetter toujours
l'hameçon de l'esprit
c'est jour de bonne pêche
nasse pleine de poésie

à perdre haleine
à perdre la vie
ma besace est pleine
d'être venu ici
 

 
ÉPURE
"C'est bizarre
Depuis que je t'ai connue
Je ne cherche plus
J'ai l'impression
D'avoir touché l'absolu"

"La nuit
Dans les ruines de Languidou
Le vent chante avec les hiboux"


COQUELICOT
"Dans la multitude des prairies
Je ne retrouverai jamais
Une fleur 
Aussi jolie que toi

Drapée
Dans le rouge des coquelicots
Au bout de mes doigts

Jamais
Il me sera donné
Pareil velours
Au toucher des pétales

Dans la course des jours
Jamais couleur
Aussi belle
Au bout de ce maigre pétiole

Et ma main
Irrésistiblement
Se tendant vers toi
Dans ton ivresse folle

Jamais 
Dans la multitude des jours
Il me sera donné 
De saisir 
Pareille corolle"

Yann Erwan Paveg in Derrière le rideau des brumes

 
 BRETAGNE

je ne sais rien
je ne sais plus rien
mon crâne est cette jachère
mon histoire est celle des autres

je ne suis rien
je ne suis plus rien
le vieux pays de mes pères
le leur
les richesses du passé
la fierté d'un musée

je n'existe pas
je n'existe plus
j'arpente lentement
un chemin de silence

je ne dis rien
je ne parle plus

je courbe le dos
je prends des coups
la morsure des chiens
l'ignorance des puissants

les yeux dans la lande
je leur tourne le dos
la haine d'un gueux
vaut bien l'insolence de ces orgueilleux

je ne sais rien
je ne sais plus rien
je me souviens d'un mot
qu'ils m'ont enseigné
amnésie

Yann Erwan Paveg in germination des colères 

Yann kêl 

pa chom mut
ar gerioù
pa chom bouzar
an dilennidi

ma mignoned
gant o bombezennoù
a ya kuzhet en nozioù
evit fardañ brezelioù

Yann kêl
ennout e sonjañ

war al lann hag ar c'hinvi
da anv skrivet aketus
gant an avel
 
Yann Erwan Paveg in germination des colères

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel