George Bacovia – Rare

George Bacovia – Rare

Si seul, si seul, si seul,
Une auberge perdue -
L’aubergiste, endormi,
Désertes sont les rues,
Si seul, si seul, si seul…

II pleut, il pleut, il pleut,
Temps d’ivresse, d’orgie
Écoute ce désert,
Quelle mélancolie !
II pleut, il pleut, il pleut…

Et nul, et nul, et nul
Ne sait rien de moi,
Depuis si longtemps,
Mais tant mieux, ma foi
Et nul, et nul, et nul…

Frisson, frisson, frisson,
Chaque ironie levée
Se trouve sans écho -
La nuit est avancée,
Frisson, frisson, frisson.

Toujours, toujours, toujours,
Les errances dès lors
Ne m’appelleront plus -
Sur les rêves, la mort,
Toujours, toujours, toujours…

Si seul, si seul, si seul,
Temps d’ivresse, d’orgie -
Écoute comme il pleut,
Quelle mélancolie,
Si seul, si seul, si seul…

Commentaires

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

René TAVERNIER - Il y en a qui prient, il y en a qui fuient

Réflexion... Bernard Noël

André Breton – Moins de temps

Henri BATAILLE Les souvenirs

Conrad Aiken - La Musique que j'entendais avec toi

Yeats La douleur d'aimer

Liliane Wouters - Au bout de l'amour

Voyageur voyageur - Supervielle

ALEJANDRA PIZARNIK - Poème