MAX-POL FOUCHET

MAX-POL FOUCHET (1913~1980)

Il suffit d’un baiser
Pour apprendre l’amour
Et d’un cil abaissé
Pour connaître la nuit
Il suffit d’un mort
Pour savoir en secret
Les machines de l’oubli
Les pièges du souvenir
Et de sable mouillé
Pour à jamais découvrir
Les industries de la mer
À effacer les pas
__________

Pour que demeure le secret
Nous tairons jusqu’au silence
Nul oiseau n’est coupable
Du tumulte de nos cœurs
La nuit n’est responsable
De nos jours au fil de mort
Il n’est que grande innocence
Et des colonnes en marche
Mais les plaines soulignent
Notre solitude de leur blé

Vu les sept derniers jours

AD(n) - au pays des anges

LEO FERRE - La mémoire et la mer

Réflexion... Georges de Rivas

Réflexion... Pierre Michon

Réflexion... Maurice Blanchot

ANTHONY PHELPS Je continue ma lente marche

SERGE PEY C'était une fois, c'était toujours

George Bacovia – Rare

Henri Michaux Ma vie