ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

« Toi qui chantes toutes mes morts,
Toi qui chantes ce que tu ne livres pas
au sommeil du temps,
décris-moi la maison vide,
parle-moi de ces morts habillés de cercueils
qui habitent mon innocence.

Avec toutes mes morts
je me remets à ma mort,
avec des poignées d’enfance,
avec des désirs ivres
qui n’ont pas marché sous le soleil,
et il n’y a pas une parole matinale
qui donne raison à la mort,
et pas un dieu où mourir sans grimaces. »

Vu les sept derniers jours

AD(n) - au pays des anges

LEO FERRE - La mémoire et la mer

Réflexion... Georges de Rivas

Réflexion... Pierre Michon

Réflexion... Maurice Blanchot

ANTHONY PHELPS Je continue ma lente marche

SERGE PEY C'était une fois, c'était toujours

George Bacovia – Rare

Henri Michaux Ma vie