ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

« Toi qui chantes toutes mes morts,
Toi qui chantes ce que tu ne livres pas
au sommeil du temps,
décris-moi la maison vide,
parle-moi de ces morts habillés de cercueils
qui habitent mon innocence.

Avec toutes mes morts
je me remets à ma mort,
avec des poignées d’enfance,
avec des désirs ivres
qui n’ont pas marché sous le soleil,
et il n’y a pas une parole matinale
qui donne raison à la mort,
et pas un dieu où mourir sans grimaces. »

Vu les sept derniers jours

JORGE LUIS BORGES

Conrad Aiken - La Musique que j'entendais avec toi

CARLO BORDINI- Poème inutile

HENRY BAUCHAU - LE SEL

Réflexion.. OSSIP MANDELSTAM

ALEJANDRA PIZARNIK

RENE CHAR - Allégeance

Poésie ininterrompue - Eluard

Gérard de Nerval - Fantaisie

Boris Pasternak Poésie