Le dit de Heichû

Le dit de Heichû


C’est une étrange aventure que le destin posthume de Taira no Sadafumi, surnommé Heichû.
Dès son vivant peut-être, et en tout cas pendant les quelques décennies qui suivirent sa mort, il avait été en passe de personnifier, pour le Japon, l’un de ces archétypes du « héros d’amour » qui en Occident ont nom Tristan ou Don Juan, avant que de sombrer dans un oubli à peu près total pour près d’un millénaire.
Ce n’est qu’en 1931 que l’on découvrit un manuscrit complet, et ce fut une révélation : le personnage de Heichû sortait enfin de l’ombre, et les lettres japonaises retrouvaient un chef-d’œuvre, formé d’une suite de petites nouvelles écrites aux environs de 950, et dont la succession constituait un véritable roman, lequel fournit le « chaînon manquant » de l’histoire de la genèse du récit romanesque.
La figure quasi légendaire de Heichû inspirera jusqu’à notre époque des écrivains tels que Akutagawa ou Tanizaki.
http://editions-verdier.fr/livre/le-dit-de-heichu/




https://fr.wikipedia.org/wiki/Heich%C5%AB_monogatari

Vu les sept derniers jours

Poésie ininterrompue - Eluard

Réflexion... Hannah Arendt

Réflexion... Sœur Emmanuelle

Réflexion... Saint John Perse

Supervielle C'est vous quand vous êtes partie

Yves Bonnefoy Le PONT DE FER

Réflexion... Poésie René Crevel

Pierre REVERDY Toi ou moi

ALEJANDRA PIZARNIK. Mots

René Char- Commune présence