Marc-Edouard NABE










Le temps de l'éternité

J'ai pas vu passer l'éternité.
Ce qui dure toujours n'a qu'un temps.
Tous les sbliers se sont vidés
Dans un infini vraiment trop lent.

Au fond d'un instant pris à la mort,
Réside l'inutile présence
D'une énergie qui souvent s'endort
Et que le futur oubli relance.

La machine à tuer le présent
Ne se cassera pas de sitôt.
Le passé a beau faire le beau,

Personne ne domptera les heures
Ni l'éternelle seconde osant
Rugir de mémoire face au bonheur

Le mal des fleurs

J'ai le mal des fleurs comme on a le mal de mer.
Tou iris me donne la nausée.
Je chancèle au moindre dalhia.
Une marguerite me déprime.
Et le glaïeul me rend rouge de rage.
Je pourrais me flinguer devant un seul lys.
Toute pensée me soulève le coeur

 Mais celle qui me fait vraiment mal,
C'est la rose.
La rose rose.
La rose jaune.
Et la rose blanche.
Il existerait des roses noires,
Peut-être m'y ferais-je.
En attendant,
Je suis loin des fleurs.
J'ai le mal des fleurs comme on a le mal de mer.

Marc-Edouard NABE


:)

http://www.marcedouardnabe.com/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc-%C3%89douard_Nabe

Vu les sept derniers jours

Levée en masse - Jean Malrieu 1915 - 1976

Sylvia Plath 1932 1963

Pierre Autin Grenier 1947 2014

Poésie ininterrompue - Eluard