Facile Paul Eluard

Tu te lèves l’eau se déplie
Tu te couches l’eau s’épanouit

Tu es l’eau détournée de ses abîmes
Tu es la terre qui prend racine
Et sur laquelle tout s’établit

Tu fais des bulles de silence dans le désert des bruits
Tu chantes des hymnes nocturnes sur les cordes de l’arc-en-ciel
Tu es partout tu abolis toutes les routes

Tu sacrifies le temps
A l’éternelle jeunesse de la flamme exacte
Que voile la nature en la reproduisant

Femme tu mets au monde un corps toujours pareil
Le tien

Tu es la ressemblance.

Paul Eluard - Facile

https://www.google.fr/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://phlit.org/press/wp-content/uploads/2011/12/facile.pdf&ved=0ahUKEwjc_InXkLrPAhWrJsAKHS-NBAYQFggkMAM&usg=AFQjCNHa3n6SkLgHpOTVisLBPM3fF4QLew&sig2=VSlfCtpuN4mkswFkhDRmFg

Vu les sept derniers jours

ALICIA SUSKIN OSTRIKER - Les Vieillards

Gérard Le Gouic - De quoi sera faite la nuit

Boileau - L'art poétique

SYLVIA PLATH - Mort-nés

ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

Anna Akhmatova - Les poèmes

Abstraction ~ Gabrielle Burel

Réflexion... Mandelstam

Unica Zürn - L'esprit hors de la bouteille

Pessoa - Initiation