Heures ternes - Maurice MAETERLINCK

                            
HEURES TERNES

Voici d'anciens désirs qui passent,
Encor des songes de lassés,
Encor des rêves qui se lassent;
Voilà les jours d'espoir passés !
                                   
En qui faut-il fuir aujourd'hui ?
Il n'y a plus d'étoile aucune;
Mais de la glace sur l'ennui
Et des linges bleus sur la lune.
                                   
Encor des sanglots pris au piège,
Voyez les malades sans feu,
Et les agneaux brouter la neige;
Ayez pitié de tout, mon Dieu!
                                   
Moi, j'attends un peu de réveil,
Moi, j'attends que le sommeil passe,
Moi, j'attends un peu de soleil
Sur mes mains que la lune glace !

Maurice MAETERLINCK

Vu les sept derniers jours

Comédie ~ Gabrielle Burel

BASHO

Gommage ~ Gabrielle Burel

L'arbre des amis - Borges

Le chat l'Ankou et le Maori - Michel Rio

Puisque l'aube grandit - Verlaine

Comme en Poésie - Les auteurs 2000 / 2015

Poésie ininterrompue - Eluard