Bernard Hreglich 1943 - 1996



http://diereseetlesdeux-siciles.hautetfort.com/archive/2015/07/08/jean-rousselot-nous-parle-de-bernard-hreglich-5653685.html

http://www.aujourdhui-poeme.fr/la%20une%20du%20mois/alhau_Hreglich.html

"Au fil des ans je ne prends plus la peine

de revoir ce vieux film criblé de taches d'encre

qui est mon histoire : toujours la même histoire."



http://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poetheque/poetes_fiche.php&cle=719&nom=Bernard%20Hreglich
AVOIR REVE

Avoir rêvé d’un été si réel
que pas une feuille d’arbre ne lui manque
ni la moindre brûlure d’abeille
c’est aussi avoir rêvé de pendre
le temps à son fil le plus bleu.
Je ne sais pas pourquoi j’organise
des rendez-vous de pure forme
avec une saison qui n’est plus de mode.
Hier mes chiffres et mes déchirures
avaient d’autres conciliabules
et d’autres contraintes.

extrait de "C'était hier et c'est demain", éd. Seghers, 2004

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2010/01/bernard-hreglich.html
http://poezibao.typepad.com/poezibao/2010/01/anthologie-permanente-bernard-hreglich.html
 ÉPURE, FRAGMENT

On laisse dans l’écriture venir fleuves et chimères
Et bientôt des formes oblongues ne se nommant pas ;
On perçoit dans la parole des sonorités arbitraires qui persécutent
Le sens, qui durcissent le régime d’une langue inaccessible
À l’espèce la plus commune dont on trouble les desseins
Par corruption des cadences et glissements sémantiques
Jusqu’au jour où le plus simple est de parler avec ses mains.
Le mot trahit son statut, la séquence inimitable
Parvient à se dérouler loin des cibles originelles
Et l’incohérence gagne les sons fragiles qui segmentent
Un discours désarticulé si le code ne s’alimente
Que de scories et fragments. Certains pensent du fragment
Pis que pendre, d’autres veulent en cultiver la substance,
Niant le rôle de l’épure. Autrement dit la rigueur de l’édifice.
On ne visite pas le verbe sans garder par vigilance
Ce masque neutre qui nous épargne les sarcasmes du tout-venant
Et pour éviter l’image circulaire, corrompue par la durée
On installe dans l’azur ou dans la noirceur des abysses
Une syntaxe personnelle aux circuits libres d’abstraire
Le mot comme pure énigme ou d’en exalter la sève.




https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Hreglich

Vu les sept derniers jours

Boileau - L'art poétique

Gérard Le Gouic - De quoi sera faite la nuit

Réflexion... Mandelstam

Anna Akhmatova - Les poèmes

Unica Zürn - L'esprit hors de la bouteille

ALICIA SUSKIN OSTRIKER - Les Vieillards

Poésie ininterrompue - Eluard

Pessoa - Initiation

Abstraction ~ Gabrielle Burel