Fernando Pessoa - Toujours je me réveille

Toujours je me réveille

Toujours je me réveille avant le point du jour,
et j'écris lourd de ce sommeil que j'ai perdu.
Puis dans cette torpeur où le froid gagne l'âme,
je guette l'aurore, tant de fois déjà vue.
Je la fixe sans attention, gris-vert
qui se bleuit du chant des coqs.
Quel mal à ne pas dormir ? Nous perdons
ce que la mort nous donne en avant-goût.
Ô printemps apaisé, aurore,
enseigne à ma torpeur où le froid gagne l'âme,
ce qui en mon âme livide la colore
de ce qui va se passer dans le jour.

Fernando Pessoa

Vu les sept derniers jours

Gastão Cruz - Petit sonnet du sommeil

Mahmoud Darwich - Sonnet

Supervielle - Le matin et les arbres

AD(n) - Essence du temps

Félix Leclerc

Paul Eluard

VICTOR HUGO - Mais tu brûles

ALEJANDRA PIZARNIK : Ce soir, dans ce monde

Paul FORT - COMPLAINTE DU Petit Cheval Blanc

Maurice FOMBEURE - Les Écoliers