Fernando Pessoa - Toujours je me réveille

Toujours je me réveille

Toujours je me réveille avant le point du jour,
et j'écris lourd de ce sommeil que j'ai perdu.
Puis dans cette torpeur où le froid gagne l'âme,
je guette l'aurore, tant de fois déjà vue.
Je la fixe sans attention, gris-vert
qui se bleuit du chant des coqs.
Quel mal à ne pas dormir ? Nous perdons
ce que la mort nous donne en avant-goût.
Ô printemps apaisé, aurore,
enseigne à ma torpeur où le froid gagne l'âme,
ce qui en mon âme livide la colore
de ce qui va se passer dans le jour.

Fernando Pessoa

Vu les sept derniers jours

Comédie ~ Gabrielle Burel

BASHO

Gommage ~ Gabrielle Burel

L'arbre des amis - Borges

Le chat l'Ankou et le Maori - Michel Rio

Puisque l'aube grandit - Verlaine

Comme en Poésie - Les auteurs 2000 / 2015

Poésie ininterrompue - Eluard