Enquête : Quel(s) sens attribuez-vous encore à la fonction de l'écrivain ? Quels en sont les buts et les limites ?

 Un extrait de l'émission Hommage à Pasolini
Quel(s) sens attribuez-vous encore à la fonction de l'écrivain ? Quels en sont les buts et les limites ?
Pier Paolo Pasolini : Mais, aucun sens. C'est une chose dépourvue de sens. Je continue à être écrivain par force d'inertie, par habitude. J'ai commencé à écrire des poèmes à sept ans et demi, et je ne me suis pas demandé pourquoi je le faisais. J'ai continué à écrire durant toute mon enfance, toute mon adolescence, et me voici ici à écrire encore. L'unique sens possible est existentialiste, c'est-à-dire l'habitude de s'exprimer, comme on a l'habitude de manger, de dormir. Les limites sont les limites linguistiques. Moi, en tant qu'écrivain italien, je suis très limité. Je préférerais être un écrivain en langue swahili ; elle est parlée dans 12 pays, elle est parlée au Kenya, au Congo, en Tanzanie...
Les buts ? Il y a deux sortes de buts. Le premier tient à l'absolu non-sens de l'être écrivain, c'est alors un but qu'on peut appeler hédoniste, ou méta-historique ou métaphysique, ou absurde, comme vous voulez, et je dirais qu'il s'accomplit sous le signe de la grâce, il est charismatique.
Il y a une autre catégorie de buts, ceux qu'on se propose comme citoyen, plus que comme écrivain. Et alors entrent ici en jeu les idées lourdes d'engagement. Entre les deux catégories de buts, à présent j'hésite, je crois qu'en réalité ils se compénètrent...

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel