La mort n'est rien

Lmorn'esrien

La mort n'est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté. 


Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours. 

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent,
ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. 

Priez, souriez,
pensez à moi,
priez pour moi. 

Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été,
sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre. 

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. 

Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort 1910
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin

Vu les sept derniers jours

Boileau - L'art poétique

Gérard Le Gouic - De quoi sera faite la nuit

Réflexion... Mandelstam

Anna Akhmatova - Les poèmes

ALICIA SUSKIN OSTRIKER - Les Vieillards

Unica Zürn - L'esprit hors de la bouteille

Abstraction ~ Gabrielle Burel

ALEJANDRA PIZARNIK - Arts invisibles

Pessoa - Initiation