Soudain la fatigue ~ Gabrielle Burel


Soudain la fatigue


Il sait que c'est fini
Il n'ira pas plus loin

Au fond de lui la misère
glauque infâme
celle dont on évite
de croiser le regard
de peur d'être aspiré
dans ses bas-fonds

La souffrance brute
visqueuse hideuse
monte à la gorge

Il casse tout
Le mobilier
La vaisselle
Les bouteilles
Il fracasse
la photo de mariage
Puis se laisse glisser au sol
se taillade les veines
avec un tesson

Seul écroulé
au fond de sa détresse
secoué de sanglots secs
il regarde s'écouler
en une marée rouge
sa vie sans film
sans mémoire

Soudain la fatigue
C'est bientôt fini

Gabrielle  Burel 04/14

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel