Réflexion du moment ... avec Malebranche

"Les préjugés occupent une partie de l'esprit et en infectent tout le reste"

Nicolas Malebranche - De la recherche de la vérité (de l'imagination) 1674

Chapitre VII — I. Des inventeurs de nouveaux systèmes — II. Dernière erreur des personnes d’études


Livre second
Première partie : I. - II. - III. - IV. - V. - VI. - VII. - VIII.
Deuxième partie : I. - II. - III. - IV. - V. - VI. - VII. - VIII.
Troisième partie : I. - II. - III. - IV. - V. - VI.
Livre : I - III - IV - V - VI
I. Nous venons de faire voir l’état de l’imagination des personnes d’étude, qui donnent tout à l’autorité de certains auteurs : il y en a encore d’autres, qui leur sont bien opposés. Ceux-ci ne respectent jamais les auteurs, quelque estime qu’ils aient parmi les savants. S’ils les ont estimés, ils ont bien changé depuis ; ils s’érigent eux-mêmes en auteurs. Ils veulent être les inventeurs de quelque opinion nouvelle, afin d’acquérir par là quelque réputation dans le monde ; et ils s’assurent qu’en disant quelque chose qui n’ait point encore été dite, ils ne manqueront pas d’admirateurs.
Ces sortes de gens ont d’ordinaire l’imagination assez forte : les fibres de leur cerveau sont de telle nature, qu’elles conservent longtemps les traces qui leur ont été imprimées. Ainsi, lorsqu’ils ont une fois imaginé un système qui a quelque vraisemblance, on ne peut plus les en détromper. Ils retiennent et conservent très chèrement toutes les choses qui peuvent servir en quelque manière à le confirmer ; et au contraire ils n’aperçoivent presque pas toutes les objections qui lui sont opposées, ou bien ils s’en défont par quelque distinction frivole. Ils se plaisent intérieurement dans la vue de leur ouvrage, et de l’estime qu’ils espèrent en recevoir. Ils ne s’appliquent qu’à considérer l’image de la vérité que portent leurs opinions vraisemblables. Ils arrêtent cette image fixe devant leurs yeux, mais ils ne regardent jamais d’une vue arrêtée les autres faces de leurs sentiments, lesquelles leur en découvrirait la fausseté.
Il faut de grandes qualités pour trouver quelque véritable système : car il ne suffit pas d’avoir beaucoup de vivacité et de pénétration, il faut outre cela une certaine grandeur et une certaine étendue d’esprit, qui puisse envisager un très grand nombre de choses à la fois. Les petits esprits, avec toute leur vivacité et toute leur délicatesse, ont la vue trop courte pour voir tout ce qui est nécessaire à l’établissement de quelque système. Ils s’arrêtent à de petites difficultés qui les rebutent, ou à quelques lueurs qui les éblouissent : ils n’ont pas la vue assez étendue pour voir tout le corps d’un grand sujet en même temps.
Mais quelque étendue et quelque pénétration qu’ait l’esprit, si avec cela il n’est pas exempt de passions et de préjugés, il n’y a rien à espérer. Les préjugés occupent une partie de l’esprit, et en infectent tout le reste. Les passions confondent toutes les idées en mille manières, et nous font presque toujours voir dans les objets tout ce que nous désirons d’y trouver. La passion même que nous avons pour la vérité nous trompe quelquefois, lorsqu’elle est trop ardente ; mais le désir de paraître savant, est ce qui nous empêche le plus d’acquérir une science véritable.
Il n’y a donc rien de plus rare que de trouver des personnes capables de faire de nouveaux systèmes : cependant il n’est pas fort rare de trouver des gens, qui s’en soient formé quelqu’un à leur fantaisie. On ne voit que fort peu de ceux qui étudient beaucoup, raisonner selon les notions communes : il y a toujours quelque irrégularité dans leurs idées ; et cela marque assez qu’ils ont quelque système particulier qui ne nous est pas connu. Il est vrai que tous les livres qu’ils composent ne s’en sentent pas : car quand il est question d’écrire pour le public, on prend garde de plus près à ce qu’on dit, et l’attention toute seule suffit assez souvent pour nous détromper. On voit toutefois de temps en temps quelques livres qui prouvent assez ce que l’on vient de dire : car il y a même des personnes, qui font gloire de marquer dès le commencement de leurs livres qu’ils ont inventé quelque nouveau système.
Le nombre des inventeurs de nouveaux systèmes, s’augmente encore beaucoup par ceux qui s’étaient préoccupés de quelque auteur : parce qu’il arrive souvent que n’ayant rencontré rien de vrai ni de solide dans les opinions des auteurs qu’ils ont lus, ils entrent premièrement dans un grand dégoût, et un grand mépris de toutes sortes de livres ; et ensuite ils imaginent une opinion vraisemblable qu’ils embrassent de tout leur cœur, et dans laquelle ils se fortifient de la manière qu’on vient d’expliquer.
Mais lorsque cette grande ardeur qu’ils ont eue pour leur opinion s’est ralentie, ou que le dessein de la faire paraître en public les a obligés à l’examiner avec une attention plus exacte et plus sérieuse, ils en découvrent la fausseté et ils la quittent : mais avec cette condition, qu’ils n’en prendront jamais d’autres, et qu’ils condamneront absolument tous ceux qui prétendront avoir découvert quelque vérité.
II. De sorte que la dernière et la plus dangereuse erreur où tombent les personnes d’étude, c’est qu’ils prétendent qu’on ne peut rien savoir. Ils ont lu beaucoup de livres anciens et nouveaux, où ils n’ont point trouvé la vérité ; ils ont eu plusieurs belles pensées qu’ils ont trouvées fausses, après les avoir examinées avec plus d’attention. De là ils concluent, que tous les hommes leur ressemblent, et que si ceux qui croyaient avoir découvert quelque vérité y faisaient une réflexion plus sérieuse, ils se détromperaient aussi bien qu’eux. Cela leur suffit pour les condamner sans entrer dans un examen plus particulier : parce que s’ils ne les condamnaient pas, ce serait en quelque manière tomber d’accord qu’ils ont plus d’esprit qu’eux, et cela ne leur paraît pas vraisemblable.
Ils regardent donc comme opiniâtres tous ceux qui assurent quelque chose comme certain ; et ils ne veulent pas qu’on parle des sciences, comme des vérités évidentes, desquelles on ne peut pas raisonnablement douter, mais seulement comme des opinions qu’il est bon de ne pas ignorer. Cependant ces personnes devraient considérer, que s’ils ont lu un fort grand nombre de livres, ils ne les ont pas néanmoins lus tous, ou qu’ils ne les ont pas lus avec toute l’attention nécessaire pour les bien comprendre ; et que s’ils ont eu beaucoup de belles pensées qu’ils ont trouvées fausses dans la suite, néanmoins ils n’ont pas eu toutes celles qu’on peut avoir ; et qu’ainsi il se peut bien faire, que d’autres auront mieux rencontré qu’eux. Et il n’est pas nécessaire absolument parlant, que ces autres aient plus d’esprit qu’eux, si cela les choque, car il suffit qu’ils aient été plus heureux. On ne leur fait point de tort, quand on dit qu’on sait avec évidence ce qu’ils ignorent, puisqu’on dit en même temps que plusieurs siècles ont ignoré les mêmes vérités, non pas faute de bons esprits, mais parce que ces bons esprits n’ont pas bien rencontré d’abord.
Qu’ils ne se choquent donc point, si on voit clair, et si on parle comme l’on voit. Qu’ils s’appliquent à ce qu’on leur dit, si leur esprit est encore capable d’application après tous leurs égarements, et qu’ils jugent ensuite, il leur est permis : mais qu’ils se taisent s’ils ne veulent rien examiner. Qu’ils fassent un peu quelque réflexion, si cette réponse qu’ils font d’ordinaire sur la plupart des choses qu’on leur demande : on ne sait pas cela ; personne ne sait comment cela se fait, n’est pas une réponse peu judicieuse, puisque pour la faire, il faut de nécessité qu’ils croient savoir tout ce que les hommes savent, ou tout ce que les hommes peuvent savoir. Car s’ils n’avaient pas cette pensée-là d’eux-mêmes, leur réponse serait encore plus impertinente. Et pourquoi trouvent-ils tant de difficulté à dire : je n’en sais rien, puisqu’en certaines rencontrent ils tombent d’accord qu’ils ne savent rien : et pourquoi faut-il conclure que tous les hommes sont des ignorants, à cause qu’ils sont intérieurement convaincus, qu’ils sont eux-mêmes des ignorants ?
Il y a donc trois sortes de personnes, qui s’appliquent à l’étude. Les uns s’entêtent mal à propos de quelque auteur, ou de quelque science inutile, ou fausse. Les autres se préoccupent de leurs propres fantaisies. Enfin les derniers, qui viennent d’ordinaire des deux autres, sont ceux qui s’imaginent connaître tout ce qui peut être connu : et qui persuadés, qu’ils ne savent rien avec certitude, concluent généralement qu’on ne peut rien savoir avec évidence, et regardent toutes les choses qu’on leur dit comme de simples opinions.
Il est facile de voir, que tous les défauts de ces trois sortes de personnes dépendent des propriétés de l’imagination, qu’on a expliquées dans les chapitres précédents, et que tout cela ne leur arrive que par des préjugés, qui leur bouchent l’esprit, et qui ne leur permette pas d’apercevoir d’autres objets que ceux de leur préoccupation. On peut dire que leurs préjugés font dans leur esprit, ce que les ministres de princes font à l’égard de leurs maîtres. Car de même que ces personnes ne permettent autant qu’ils peuvent, qu’à ceux qui sont dans leurs intérêts, ou qui ne peuvent les déposséder de leur faveur, de parler à leurs maîtres, ainsi les préjugés de ceux-ci ne permettent pas, que leur esprit regarde fixement les idées des objets toutes pures et sans mélange. Mais ils les déguisent ; ils les couvrent de leurs livrées ; et ils les lui présentent ainsi toutes masquées ; de sorte qu’il est très difficile qu’il se détrompe, et reconnaisse ses erreurs.

https://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Nicolas_Malebranche

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Malebranche

Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel